Méthodologie

Vous trouverez ici en détail la méthodologie complète de l’enquête

You can find here the methodological details of the survey

 

Les hypothèses et la problématique à l’origine de cette recherche

Panel de Caen Présentation Méthodologie 2017[PDF]

(texte rédigé en 1998, revu en 2005, actualisé sur les dernières vagues d’enquête en 2016)

L’étude des processus de socialisation constitue l’axe central de cette recherche longitudinale par panel. Nous l’abordons par une observation dans la durée, en comparant des étapes successives du passage à l’âge adulte d’une cohorte de jeunes. Des entretiens longs sont ainsi réalisés avec eux à intervalles réguliers. Nous cherchons à explorer précisément l’articulation entre les transformations de leur réseau de relations personnelles et les processus d’entrée dans la vie adulte qu’ils mettent en oeuvre.

Le suivi par interrogations successives des mêmes jeunes à des moments différents de leurs parcours est une première originalité de cette démarche. L’attention portée au réseau relationnel en tant que niveau intermédiaire entre l’individu et la société en est une seconde. Enfin, la prise en compte des interactions entre les diverses sphères de la vie (école, famille, travail, couple, résidence, loisirs…) en est une troisième. Précisons les hypothèses qui se trouvent à l’origine de ces orientations.

 Processus et méthode longitudinale

La plupart du temps, les études sociologiques procèdent à partir de reconstitutions a posteriori, rétrospectives, des étapes importantes du parcours social. C’est surtout valable pour des objets circonscrits aux étapes et aux événements les plus « objectivés » de la carrière professionnelle, du cycle de vie et de la construction familiale, de la trajectoires résidentielle…

Mais pour des objets plus mouvants et plus complexes, davantage soumis à la subjectivité, aux réinterprétations, aux « tris » de la mémoire, comme le sont par exemple les pratiques de sociabilité, la construction des projets professionnels, les choix opérés dans les moments-clés de la vie, etc., les limites de ces méthodologies classiques sont atteintes. L’étude des processus gagne alors beaucoup à être menée par une observation dans la durée, qui permet de comparer des étapes, des situations et des discours au moment où ils sont vécus et ressentis, et non après des transformations et réinterprétations qui en modifient le sens. Seule une véritable prise en compte de la dimension diachronique est à même de fournir le matériau nécessaire à une étude précise des rapports entre déroulement du cours de la vie, mutation des modes de sociabilité et processus de socialisation et d’insertion sociale.

L’enquête longitudinale, qui suit un panel d’individus au cours d’une partie de leur vie par réitération d’entretiens, permet d’isoler les effets du temps sur ces transformations et de cerner l’impact des seuils importants du cycle de vie. Il s’agit de se donner les moyens de dissocier les différents facteurs à l’oeuvre dans la maturation sociale, de les démêler en mesurant leurs effets propres. Si les membres d’une cohorte vieillissent à la même vitesse, biologiquement parlant, il n’en est pas de même pour tous les aspects sociaux: au même âge, certains auront des enfants, d’autres pas; certains auront un emploi stable, d’autres pas. On pourra donc tenter de mieux distinguer les évolutions attachées à chacun des aspects de la socialisation.

 Le choix du moment : l’entrée dans la vie adulte

Le moment du passage de l’adolescence à l’âge adulte est une période cruciale dans le déroulement de la vie. C’est aussi, et peut-être surtout, une période particulièrement intéressante pour le sociologue. Là, dans un temps finalement très ramassé, sont concentrés des événements, des choix, des processus d’actualisation des orientations qui, sans être définitifs, sont en tout cas très importants. A ce moment sont « mis à plat » à la fois les résultats des acquis et des déterminations antérieures, et les marges de manoeuvre que celles-ci laissent ouvertes aux choix personnels. Ce moment est celui de l’accomplissement, ou plutôt de la mise en oeuvre sociale, des processus de socialisation.

Les jeunes expérimentent un passage très net depuis des milieux relativement structurés et homogènes, notamment en termes de classe d’âge (le collège et le lycée), vers des univers bien plus hétérogènes et diversifiés (les entreprises). Ils éprouvent des ruptures souvent conjuguées (quitter le milieu scolaire, la famille, la ville parfois) qui ne connaissent pas d’équivalent plus tard dans leur vie. Dès la fin de la scolarité se concrétisent des voies, mais aussi des limites, qui marquent l’ensemble des domaines importants de la vie : les carrières professionnelle, résidentielle, affective et familiale sont toutes, à ce moment, mises en jeu, ou du moins en question.

Ces domaines sont pourtant trop souvent dans les travaux sociologiques isolés les uns des autres, alors que tout, en particulier la proximité temporelle de ces choix, laisse supposer qu’ils interagissent profondément. Leur concordance peut d’ailleurs être posée comme une question : les délais et décalages entre ces divers types de choix et de mutations font l’objet de divers travaux sociologiques.

Le départ du foyer d’origine, le choix d’une filière d’études, l’entrée dans la vie active et l’insertion professionnelle, les expériences affectives et la recherche d’un conjoint, la mise en ménage, l’installation dans un domicile autonome, la décision de fonder une famille… constituent autant d’étapes concentrées sur quelques années, avec une densité que l’on retrouve peu dans la suite des trajectoires personnelles. On sait également que ces étapes sont déterminantes pour les modes de sociabilité. C’est donc une période tout à fait privilégiée pour une étude longitudinale des processus de socialisation.

Nous aurions pu nous fonder sur l’âge objectif au moment de la sélection de la population d’enquête, et interroger par exemple des jeunes tous âgés de 17 ans. Dans la perspective qui est la nôtre, nous avons préféré nous fonder sur une étape sociale dans la maturation, définie par une position au regard de l’insertion sociale. C’est pourquoi il nous a paru pertinent de réaliser la première vague d’entretiens au moment où les jeunes se trouvaient au seuil d’une étape importante donnant lieu à une orientation : juste avant le baccalauréat pour certains, juste avant la sortie d’un stage d’insertion pour d’autres moins scolarisés.

 Les vagues d’enquête

1995 : Première vague d’enquête,

1998 : Deuxième vague d’enquête,

2001 : Troisième vague d’enquête,

2004 : Quatrième vague d’enquête,

2007 : Cinquième vague d’enquête,

2015 : Sixième vague d’enquête.

Nous pouvons donc comparer ces différents moments dans les parcours des jeunes, et étudier très précisément tout ce qui s’est passé dans les intervalles. Nous voyons donc ces jeunes s’orienter, bifurquer, faire des choix, réagir à des contraintes, évoluer dans un environnement… et construire une trajectoire d’adulte, petit à petit. Nous pouvons également comparer différents segments de trajectoires, et voir ainsi si les « façons d’avancer » restent constantes ou bien évoluent dans le temps, si les processus restent stables pour un même individu ou bien s’orientent différemment selon les périodes. C’est un enjeu théorique important.

Il était prévu d’arrêter la recherche après la quatrième vague d’enquête. Mais des sollicitations nous ont conduits à prolonger. Dans la cinquième vague d’enquête, financée par le Conseil Régional de Basse-Normandie, nous n’avons pas procédé à la reconstitution totale du réseau (qui a été limité à la liste des personnes les plus importantes pour l’enquêté) mais nous avons ajouté un module de questions portant sur l’éducation des enfants en particulier en matière de santé. Seuls 49 enquêtés ont été ré-interrogés, en les limitant à ceux qui avaient des enfants ou avaient connu des ré-orientations importantes dans leur vie.

Là encore, nous pensions que le Panel était terminé. Mais en 2015, sur la sollicitation de chercheurs du Labex SMS, une sixième vague d’enquête a été réalisée, dans laquelle la procédure de construction du réseau a été reprise telle que dans les 4 premières vagues d’enquête, et un module a été ajouté sur les usages des réseaux sociaux numériques. Seuls 21 enquêtés, usagers de Facebook, ont été ré-interrogés.

Réseaux sociaux et insertion sociale

Le système de relations que l’individu entretient avec d’autres personnes, qu’il s’agisse de membres de sa famille, de collègues de travail, de voisins, d’amis d’enfance, de membres d’une équipe de volley-ball ou d’un club de loisirs, ou même simplement de copains qu’il retrouve régulièrement au café, ce système complexe constitue son réseau social. Nous faisons l’hypothèse que la forme que prend ce réseau, la façon dont il se structure, est significative du mode d’insertion sociale de la personne.

Le réseau personnel construit en effet un « niveau intermédiaire » entre l’individu et la société : c’est par le biais de relations entre des personnes que l’on accède à des groupes, à des instances sociales, et même à des institutions. Le réseau social d’un individu est donc au coeur de son rapport avec la société, et l’on peut y lire en quelque sorte la place qu’il y tient.

Ce système prend des formes diverses : il peut être très concentré sur un milieu, par exemple dans le cas où l’individu fréquente essentiellement ses collègues de travail qui eux aussi se connaissent entre eux. Le réseau va aussi se ramasser sur une certaine époque si par exemple les seuls amis sont ceux qu’on a connus dans l’adolescence. Il sera à l’inverse très dispersé si la personne a beaucoup déménagé et a gardé des relations avec des gens très différents, qui ne se connaissent pas du tout entre eux, et qui d’ailleurs ne s’apprécieraient peut-être pas…

Le degré d’homogénéité, c’est-à-dire le fait que les connaissances se ressemblent toutes un peu, ou bien qu’au contraire ce soient des personnes très différentes, est une caractéristique importante du réseau ; de même la densité de ce réseau, c’est-à-dire le fait que les amis se fréquentent aussi entre eux ou bien qu’au contraire on les rencontre séparément, est significative de cette concentration du réseau ou de son ouverture à des milieux sociaux diversifiés et peu connectés, peu imbriqués.

Ces deux facteurs sont déterminants pour l’insertion sociale. Si l’on a un réseau personnel à la fois très homogène et très dense, on sera très fortement ancré dans un milieu social, solidement inséré, mais relativement limité à ce milieu là ; si l’on en sort, on risque de manquer de ressources. Si inversement on a un réseau hétérogène et dispersé, dont les membres ne se connaissent pas, on sera moins intégré dans un milieu, mais moins dépendant aussi, et l’on pourra plus facilement se déplacer, s’adapter à des situations diversifiées, voire jouer sur des facettes identitaires variées. Ce n’est qu’un exemple des enjeux qui résident dans la structuration des réseaux sociaux, dont les effets vont au-delà de la gestion d’un stock de liens interpersonnels.

 La circulation dans des cercles sociaux, la sociabilité et la socialisation

Par ailleurs, on peut considérer qu’une relation entre deux personnes dépasse la simple interaction, le partage d’activités et de paroles entre ces deux individus. Avec chacun des liens, avec chacun des amis, apparaît en effet un « petit monde », un morceau de société, un cercle social, auquel cet ami donne accès. Chaque relation a elle-même des relations, des connaissances, des savoirs, des idées, des attitudes… qu’elle présente à l’individu, et c’est alors pour lui comme une fenêtre supplémentaire qui s’ouvre sur le monde social. Le fait que ces cercles sociaux soient, là encore, concentrés, imbriqués, ou bien diversifiés, séparés, éclatés, organisés sur un mode ou sur un autre, détermine la nature, la solidité et la variété des « petits mondes » auxquels on a accès… et par là le mode d’insertion sociale.

Nous observons donc les transformations du réseau de sociabilité de jeunes gens, garçons et filles, au fur et à mesure de leur entrée dans la vie adulte. Nous cherchons à voir comment le réseau évolue, tant dans son ensemble que dans les qualités des liens qui le composent. Que deviennent les relations avec la famille d’origine, avec celle du conjoint, avec les amis d’enfance etc., au fur et à mesure que sont franchies des étapes du passage à l’âge adulte ? Comment s’organise la sociabilité à partir d’un nouveau couple ? Quelles connaissances sont sollicitées, pour quelle aide, dans quels moments ? Comment naissent les nouvelles relations, à travers quelles circonstances, autour de quelles activités, au sein de quels milieux ? A quoi donnent-elles accès ? Au final, comment se construit et évolue, avec le réseau personnel, le mode de circulation et d’ancrage dans la société ?

Inversement, on peut postuler que l’environnement relationnel et la composition du réseau ont des effets sur les rythmes et les choix intervenant dans la socialisation de l’individu. Si tous ses amis ont des enfants, si tous ont un emploi stable, une personne n’aura pas la même perception de sa position dans la structure sociale des âges, selon qu’elle est « en synchronie » avec ses amis ou non. Le sentiment d’un décalage avec son réseau peut peser sur les choix personnels et leurs échéances. Un réseau davantage diversifié laissera une plus grande ouverture dans les possibilités de référence, voire d’adaptation ou d’influence. Il est donc important de prendre en compte l’ensemble du réseau pour en mesurer l’homogénéité au niveau des étapes et des rythmes d’évolution du cycle de vie, et d’y référer la position de l’intéressé.

 Le réseau comme ressource

On peut également saisir les rapports entre structure du réseau et constitution du « capital social », à savoir l’étendue des ressources offertes par ce réseau, appréhender les modalités d’élaboration et de valorisation des liens. On s’attache alors à étudier les modes d’exploitation des ressources constituées par ce réseau, en fonction du type de relations mobilisées, des atouts et des compétences initiales du sujet, de la validité de ces ressources dans le domaine en question au moment pertinent. On étudie les effets des différentes formes de mobilité sur la circulation et la transformation du réseau susceptible d’être mis à contribution.

Au cours de leur vie ou dans des circonstances particulières, certaines personnes en effet utilisent beaucoup leurs relations, pour se faire héberger, pour un soutien moral, pour emprunter de l’argent etc., alors que d’autres y font très peu appel. Nous sommes donc intéressés par l’usage qui est fait du réseau pour trouver divers types de ressources (un emploi par exemple), mais également par la façon dont le réseau peut influencer les choix dans les moments importants de la vie et des transitions vers l’âge adulte.

Enfin, dans les vagues 3, 4 et 6 nous avons étudié les articulations entre les parcours biographiques des jeunes, la dynamique de leur réseau de sociabilité et les trajectoires d’usage des technologies de la communication : avec quels membres du réseau utilise-t-on son téléphone, son courrier électronique ou (en vague 6) Facebook, pour dire quoi, à quel moment, et dans quelle optique au regard des rencontres en face à face? Il s’agit ici de mieux comprendre les relations entre trajectoires biographiques et trajectoires d’usage des outils de communication.

 Les interactions entre les sphères de la vie

Une autre originalité de cette recherche réside dans l’attention portée systématiquement aux interactions entre des sphères généralement isolées. Le plus souvent, les domaines professionnel, familial, résidentiel, affectif… sont isolés dans les recherches. Au mieux, des correspondances sont établies après coup. Ici, dès le moment de l’entretien, nous cherchons à construire les articulations entre ces sphères.

Leurs pondérations relatives sont elles-mêmes significatives : le fait qu’à tel moment une personne s’investisse très intensément dans la formation de son couple peut contribuer à expliquer que dans le même temps elle délaisse quelque peu la recherche d’un emploi… mais pas toujours. Le rapport au travail, mais aussi les représentations plus ou moins normatives attachées aux « calendriers imaginaires » balisant les étapes de la vie, montrent, selon les jeunes, des priorités et des articulations diversifiées.

D’autre part, des événements situés dans un domaine peuvent intervenir dans une orientation au sein d’un autre domaine, ce que nous cherchons à éclairer précisément au cours de l’entretien. Les jeunes discutent donc avec nous des influences éventuelles entre un événement amoureux, une situation familiale, un cheminement professionnel… et des logiques de combinaison entre ces éléments. Dans certains moments-clés où ils doivent faire des choix, lors de bifurcations biographiques en particulier, apparaissent des dimensions et des « ingrédients » impliqués dans la décision et l’orientation, qui traversent et contaminent entre elles les diverses sphères de la vie. Des histoires d’amour infléchissent ou même bouleversent des trajectoires professionnelles, et inversement ; des changements dans le travail ou la famille peuvent conduire à quitter la région. On voit des pratiques de loisirs par exemple ouvrir des portes et construire des compétences qui s’avèreront décisives pour une trajectoire professionnelle.

Certains événements entraînent une mutation biographique, d’autres non, certains ont des effets au-delà de leur domaine, d’autres non… On se demande ainsi, par exemple, quelles ruptures introduisent le service militaire, l’installation en couple, l’entrée dans la vie professionnelle ou un déménagement… Les priorités affectées à l’une ou l’autre sphère, leurs poids, leurs articulations, leurs synchronies, leurs décalages… sont autant de questions centrales pour la compréhension des processus de socialisation et d’entrée dans la vie adulte. Les temporalités de cette transition, dont on sait combien elles s’allongent et se complexifient, sont ainsi ré-interrogées à la lumière de ce panel, montrant leurs entrecroisements et leurs hésitations.

Le réseau personnel, transversal par définition, accompagne et construit ces articulations et témoigne de mutations en cours. L’abandon de certains amis d’enfance peut correspondre à une période de restructuration globale de la sociabilité, à la réalisation de nouveaux choix de vie qui entraînent un déplacement des investissements relationnels mais aussi une modification de la « façon de faire » des liens. Certaines transitions biographiques peuvent montrer des effets très nets sur les effectifs du réseau personnel, comme l’entrée dans le monde du travail ou l’installation en couple. Ces évolutions des univers relationnels ouvrent-t-elles d’autres horizons, accroissent-elles la « surface sociale », ou bien confirment-t-elles des enracinements déjà bien établis, sans diversifier les ressources ? Ces questions, selon nous, sont cruciales pour observer les processus d’entrée dans la vie adulte et la socialisation.

La population de l’enquête

 La constitution initiale du panel

Dans notre optique de recherche, il était important de constituer un panel d’individus situés à l’orée d’une étape de leur parcours d’entrée dans la vie adulte, mais aussi de diversifier les positions sociales et les sexes. Il ne pouvait pourtant être question, dans une enquête qualitative et avec de tels effectifs, d’envisager une représentativité quelconque, ni une répartition construite de manière systématique en matière de classes sociales d’origine par exemple. Nous avons donc choisi de sélectionner la population d’enquête sur deux critères : le sexe et la filière scolaire empruntée qui « anticipe » en quelque sorte des voies d’insertion contrastées.

Nous avons donc choisi de constituer un panel de 90 jeunes vivant dans le bassin d’emploi de l’agglomération de Caen, de trois filières contrastées :

  1. Des lycéens en classe terminale de la section économique et social (bac. ES), dont on sait que la sortie du système éducatif peut être plus rapide et plus contrastée que pour ceux des autres sections classiques.
  2. Des lycéens en classe terminale de LEP (bac. professionnel), dont on peut penser que la majorité va chercher du travail après le baccalauréat ou compléter son cursus par une formation courte professionnalisante (BTS par exemple).
  3. Des jeunes de la même génération mais sortis plus tôt du système éducatif et déjà aux prises avec les problèmes d’insertion dans la vie active. Nous les avons trouvés dans les dispositifs d’insertion, dans des stages divers allant des structures permanentes de lutte contre l’illetrisme aux formations qualifiantes, le plus souvent dans les stages dits de mobilisation pour l’emploi. Nous les appellerons les « stagiaires ».

Dans chacun de ces trois groupes d’une trentaine de jeunes, nous avons cherché à répartir les garçons et les filles par moitié.

 Les âges

Les lycéens des sections ES ont entre 17 ans et 20 ans mais ceux des bac. pro. ont en moyenne deux années de plus (18 à 23 ans), ce qui s’explique par les redoublements de classes et souvent un passage volontaire par la filière BEP qui leur a permis de revenir au baccalauréat.

Les stagiaires, très rarement diplômés (quelques BEPC et CAP-BEP) sont d’âge comparable en moyenne, mais cela va plutôt de 18 à 24 ans. Dans ces stages nous n’avons vu que très peu de jeunes de moins de 20 ans et trouvé parmi eux encore moins de volontaires.

L’origine géographique

Nous avons décidé de limiter notre aire de recrutement au bassin d’emploi de Caen. Les lycéens des sections ES vivent dans les secteurs scolaires de cette agglomération ainsi que la majorité des bac. pro., mais le recrutement régional des LEP nous a conduits à conserver des volontaires un peu plus éloignés. Nous avons dû faire de même avec les stagiaires.

Les lycées et les stages

Les lycéens des sections ES sont issus de trois lycées d’enseignement général de Caen (Charles De Gaulle et Augustin Fresnel) et d’Hérouville-Saint-Clair (Salvador Allende) qui est une ville mitoyenne de Caen.

Les lycéens de baccalauréats professionnels viennent de quatre LEP de Caen (Camille Claudel, Dumont D’Urville et Victor Lépine), et Mondeville (Jules Verne).

Les stagiaires ont tous été recrutés à Caen dans les stages organisés par six organismes et associations contactés[1], parfois par l’intermédiaire des Missions locales ou de l’école des parents et des éducateurs (EPE).

Les origines familiales

Comme on le voit dans le tableau ci-dessous, les bacheliers ES sont surtout issus de familles de cadres et de classes moyennes, alors que les bac.pro. et surtout les stagiaires sont issus majoritairement des classes populaires ou des classes moyennes. Les mères au foyer sont bien plus nombreuses chez les stagiaires et les bac. pro. que chez les bacheliers E.S.

Catégorie socio-professionnelle des parents et filière scolaire

capture-decran-2016-11-02-10-35-04

Nous l’avons signalé, cette appartenance sociale n’était pas à l’origine de nos critères de sélection des jeunes. Pourtant, la filière scolaire reflète une certaine distribution par classes sociales…

Du projet à la réalité…

Telle était, au départ, la population que nous nous préparions à interroger : 30 jeunes, 15 garçons et 15 filles, dans chacune des trois filières scolaires. Cependant, les décalages entre leurs engagements de départ et leur présence effective pour le premier entretien ont quelque peu modifié cette répartition. Nous avions, par précaution, contacté davantage de lycéens en terminale ES qu’il n’était prévu : 34 au total, et tous ont effectivement réalisé le premier entretien. Parmi les bac pro et les stagiaires que nous avions contactés, seuls 29 bac pro et 27 stagiaires ont été effectivement interviewés. Nous nous sommes arrêtés là devant la difficulté à en mobiliser davantage dans un temps raisonnable. La population de départ se montait donc bien à 90 jeunes au total, même si sa répartition dans les filières scolaires ne s’établissait pas exactement par tiers.

De cette population doivent pourtant être déduits finalement trois individus (un garçon de bac pro, et deux garçons stagiaires) pour lesquels les données manquantes dans les entretiens sont trop importantes pour qu’ils soient comparables avec les autres d’une part, avec les entretiens des vagues d’enquête suivantes d’autre part. Nous les avons donc retirés de la population d’enquête, qui se monte en définitive pour la première vague à 87 jeunes : 34 lycéens de bac ES (dont 16 filles), 28 lycéens de bac pro (dont 15 filles), et 25 stagiaires (dont 15 filles).

Les lycéens de bac pro se répartissent dans les spécialités suivantes :

capture-decran-2016-11-02-10-35-14

Les stagiaires se répartissent dans les types de stages suivants :

capture-decran-2016-11-02-10-35-23

S’il eût mieux valu évidemment que la répartition soit conforme au projet initial, il reste que ces divergences ne sont pas cruciales dans une enquête qualitative visant à comprendre les modalités des orientations prises plutôt que leur distribution.

 La procédure de recrutement

Cette enquête à visée compréhensive impliquant des entretiens très longs et répétés dans le temps demandait un engagement important et durable des interviewés, et ne pouvait se fonder que sur un réel volontariat. Le risque de les « perdre » en cours de route était important, une telle recherche qualitative interdisant en effet de les remplacer par d’autres entre deux vagues d’enquête, et nous préférions qu’ils refusent d’emblée plutôt que d’accepter la première vague d’enquête et de refuser les suivantes. Nous avons donc été très attentifs à leur laisser une grande marge de manoeuvre pour se porter volontaires.

Dans cette optique, nous avons choisi de prendre le premier contact avec eux dans un cadre collectif, qui évite le face à face et les risques de pression qui y sont inhérents : confrontés à un inconnu, certains jeunes risquent en effet de ne pas oser refuser de participer.

Nous avons donc décidé d’aller dans les classes et les stages, avec l’accord des enseignants et des formateurs qui nous offraient une heure de leur temps de cours pour présenter aux élèves notre profession, notre enquête et ses objectifs, ainsi que les demandes précises que nous leur adressions. Nous insistions bien alors sur le fait qu’ils s’engageaient dans le long terme. Nous leur distribuions ensuite des formulaires sur lesquels ils pouvaient inscrire leurs coordonnées avant de nous les renvoyer. Ils n’avaient donc aucune obligation de répondre publiquement[2] et instantanément, ils pouvaient réfléchir et renvoyer ensuite leur fiche.

Nous avons ensuite contacté les volontaires par téléphone, en prenant rendez-vous pour le premier entretien qui se déroulait de préférence chez eux[3], sinon dans nos bureaux de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen située sur le campus de l’université.

 Du recrutement à la réalisation des entretiens

La relative modestie de l’effectif recherché nous laissait penser qu’il serait facile de trouver des volontaires. Cette démarche a rencontré un succès inégal, dont il nous semble important de donner les grandes lignes. On trouve là en effet quelques clivages dans les refus et acceptations selon le sexe et l’origine socio-scolaire.

Les lycéennes ES ont été deux fois et demi plus nombreuses que les garçons à se porter volontaires et c’est pour ces derniers que nous avons dû mutiplier les visites de classes. On retrouve sensiblement la même inégalité entre garçons et filles stagiaires. En revanche, le recrutement des bac. pro. a été plus équilibré. Ces différences mettent surtout en avant le plus fort volontariat des filles, ce qui n’est pas très étonnant surtout à cet âge là : elles sont connues pour être plus matures et plus à l’aise dans l’institution scolaire que les garçons.

Dans l’ensemble, les élèves de terminale ES, initiés dans leur programme à la sociologie, ont compris l’intérêt de ce travail et ont montré le désir de « se raconter ». En revanche, bien des stagiaires sont restés réticents et plus difficiles à mobiliser réellement. On doit évoquer à leur égard, plus que pour les autres, l’étrangeté du sociologue qui les sollicite, étrangeté que l’adaptation du langage et des exemples concrets ne surmonte pas totalement dans le court temps de la première rencontre. On a alors affaire à des réactions de rejet ou de retrait. On se heurte peut-être également au sentiment de vanité qu’inspire la recherche à ceux qui connaissent la « galère » et le chômage persistant. Ainsi, une grande proportion de stagiaires au départ volontaires, surtout là encore les garçons, ne donnent pas suite au moment de venir pour le premier entretien.

Par ailleurs, on se trouve également confronté à cette difficulté à se projeter dans un ailleurs temporel ou spatial bien connue dans les populations dites exclues. C’est probablement à ces difficultés que renvoient tous ces rendez-vous manqués, parfois plusieurs fois, très spécifiquement par les stagiaires masculins. Pour un certain nombre, nous avons eu beaucoup de mal à les retrouver : stages abandonnés, adresses provisoires (foyer, hébergement chez un ami…), disparitions du domicile parental, fugue, téléphone coupé, etc. D’autres ne sont jamais venus aux rendez-vous qu’ils avaient eux-mêmes choisis. Re-contactés ils éludent, promettent, puis ratent tous les autres rendez-vous… Nous nous acharnons mais pour certains le contact est vraiment perdu ou un refus est finalement exprimé…

L’évolution de la population de l’enquête

Une des principales difficultés est ainsi, on l’aura compris, de retrouver ensuite les personnes tous les trois ans et de maintenir leur motivation à poursuivre l’enquête. Nous avons mis en place diverses procédures afin de les conserver dans le panel : recueil d’adresses « de secours » au cas où ils déménageraient, parmi leurs proches ; envoi régulier de courriers pour nous rappeler à eux (voeux du nouvel an, journal d’enquête les tenant au courant de l’avancée de nos résultats, envoi d’articles de presse et des publications scientifiques produites à partir de l’enquête). Malgré cela, bien entendu, nous en avons « perdu » quelques-uns.

 Les « manquants »

A la lecture de ce qui précède, on ne s’étonnera pas que la majorité des « manquants » au long de l’enquête soient issus du groupe initial des stagiaires, déjà réduit au départ. En vague 2 nous avons « perdu » 13 jeunes, un garçon de bac ES, un garçon et trois filles de bac pro, trois filles et cinq garçons stagiaires. En vague 3 nous avons encore « perdu » 9 jeunes, trois filles de bac ES, une fille de bac pro, trois filles et deux garçons stagiaires ; mais nous avons pu cependant « récupérer » deux filles, une bac pro et une stagiaire, qui avaient refusé l’enquête en vague 2 mais qui, recontactées quand même, ont accepté de reprendre l’interrogation en vague 3. En vague 4 nous avons encore « perdu » 8 jeunes, quatre garçons de bac ES et quatre filles de bac pro, et nous avons « récupéré » une fille de bac ES qui avait renoncé en vague 3 mais nous a rejoints en vague 4. En vague 5 nous avions fait le choix de n’interroger que les personnes avec des enfants ou qui avaient connu des événements importants dans leur vie. Enfin en vague 6 nous avons ciblé plus spécifiquement les usagers de Facebook, nous avons eu plus de mal à recontacter tout le monde (l’intervalle était plus long) et nous avons essuyé encore quelques refus.

Les effectifs sont donc de 87 en vague 1, 74 en vague 2, 67 en vague 3, 60 en vague 4, 47 en vague 5 et 21 en vague 6.

En-dehors de nos propres restrictions pour les vagues 5 et 6, les modalités de ces pertes sont diverses. Un garçon stagiaire s’est suicidé (c’est du moins ce que nous ont déclaré des voisins, sa famille restant injoignable); une jeune femme est décédée d’une longue maladie ; d’autres stagiaires ont fugué ou évitent de nous répondre, les parents faisant parfois barrage jusqu’à ce que nous renoncions ou essuyions un refus net. Lorsque des choses peuvent être dites, les justifications avancées à ces refus renvoient à des bifurcations importantes dans leur vie. Changeant d’univers et de priorités, ils rompent les engagements qu’ils avaient pris dans leur « ancienne vie ». C’est le cas par exemple d’un jeune devenu militaire engagé à Pau, de deux filles devenues mères, ou encore de jeunes qui se disent débordés par un nouveau travail ou un déménagement… Il arrive aussi qu’au cours d’une trajectoire particulièrement descendante (déqualification très nette de l’emploi au regard du diplôme, « galère » croissante, toxicomanie…) il soit très difficile pour ces jeunes d’accepter le miroir que nous leur tendons et la comparaison avec leur situation d’il y a trois ans.

Il est clair que ces justifications ne suffisent pas à expliquer leur désengagement : d’autres jeunes du panel poursuivent l’enquête avec un travail très prenant, plusieurs enfants, un éloignement bien plus important… Dans la mesure où nous nous déplaçons pour les rencontrer où qu’ils soient (même jusqu’à Valencia, Oslo ou Boston !), où nous réalisons les entretiens aussi bien le soir que le week-end s’il le faut, des empêchements de ce type ne font pas forcément obstacle, de notre point de vue du moins.

Si nous sommes bien sûr déçus de « perdre » quelques-uns de nos interviewés, s’il est très certainement problématique que ceux-ci soient majoritairement situés dans la partie la plus défavorisée de notre population d’enquête (ce qui relève déjà d’une réalité sociologique), il reste que ce résultat est loin d’être déshonorant. Au vu d’autres enquêtes par panel, et compte tenu de l’exceptionnel investissement en temps que nous demandons à ces jeunes, les pertes subies sont plutôt minimes.

Que sont-ils devenus ?

 Où vivent-ils ?

Sur les 74 jeunes retrouvés pour la seconde vague d’enquête, 14 avaient déménagé hors du département du Calvados dans lequel ils résidaient tous lors du premier entretien. Deux d’entre eux vivaient à l’étranger, une à Boston et un en Norvège. Dix d’entre eux vivaient dans une autre région de France (Var, Hérault, Rhône-Alpes, Yonne, Paris et région parisienne). Enfin, deux d’entre eux étaient partis dans la Haute-Normandie voisine.

Les études constituaient le premier motif de départ, avec 7 cas recensés ; certains concours ou filières professionnelles ne peuvent être en effet poursuivis à Caen. Le second motif est d’ordre plus privé : dans 4 cas, l’amour est le motif initial de la mobilité, même si dans certains cas les jeunes trouvent ensuite du travail sur place. Ensuite seulement vient le travail, avec 2 cas. Le dernier enfin tient à des raisons familiales, une jeune fille ayant préféré suivre ses parents aux Etats-Unis.

En vague 3, un troisième jeune est parti vivre à l’étranger, en Espagne. On trouvait également 14 personnes vivant dans d’autres régions, dont 8 à Paris et dans la région parisienne. Enfin, 8 avaient migré dans d’autres départements de la Normandie, et 42 étaient restés à Caen et dans le Calvados.

En vague 4, le jeune qui vivait en Espagne était parti en Italie, les autres étant restés à Oslo et Boston. On trouve maintenant 13 jeunes vivant dans d’autres régions de France, dont 7 à Paris et Ile de France. Pour les autres, 5 vivent en normandie et encore 39 à Caen et dans le Calvados.

En vague 5, le jeune voyageur est parti d’Italie au Maroc, les autres restant toujours à Oslo et Boston. Un saisonnier vit en Suisse au moment de l’enquête. 8 personnes vivent à Paris, 2 près de Lyon, 2 à Rennes, une près d’Agen, une autre à Marseille.

En vague 6, à ceux qui vivent toujours à Marrakech, Oslo et Boston s’ajoute un départ pour La Réunion. On ne compte plus que 4 personnes à Paris, 2 en Savoie, 1 à Lyon, 1 à Rennes, 1 dans la Loire… du moins sur nos effectifs plus réduits. Mais on note tout de même un nombre important de retours dans… leur Normandie.

L’activité principale au long de l’enquête

Les grandes tendances ne sauraient vraiment nous étonner : les garçons comme les filles issus du bac ES ont poursuivi majoritairement des études. Les jeunes de bac pro étaient majoritairement en emploi dès la vague 2 de l’enquête. Les inactifs sont majoritairement des filles qui étaient en stage initialement et qui sont aujourd’hui mères au foyer.

En vague 2, 17 jeunes étaient en études, dont 7 garçons et 9 filles de bac ES, une fille de bac pro ; 34 travaillaient, dont 18 bac pro, 7 stagiaires et 9 bac ES;

En vague 3, les bacheliers ES étaient pour moitié en emploi : 16 sur 30 travaillaient ; les autres étaient en études (9 dont 1 en alternance), en recherche d’emploi (3) ou inactives (2). Tous les titulaires d’un baccalauréat professionnel travaillaient, 23 en emploi et 1 déclarant faire plutôt des « petits boulots ». La situation des anciens stagiaires était plus contrastée : sur les 13 présents en troisième vague de l’enquête, 5 étaient en emploi, 1 en « petits boulots », 3 en recherche d’emploi et 4 inactifs.

En vague 4, il reste encore 9 jeunes en études, dont 4 provenant de bac ES, 2 de bac pro et une stagiaire: certains ont un peu traîné en chemin, d’autres font une thèse, d’autres enfin ont bifurqué et repris des études après avoir travaillé quelques années. La grande majorité des jeunes du panel est aujourd’hui en emploi, 41 au total. Enfin, 5 recherchent un emploi (2 venant de bac ES, 1 de bac pro et 2 stagiaires) et 5 se déclarent inactifs (1 venant de bac ES, 1 de bac pro et 3 stagiaires).

En vagues 5 et 6, l’emploi est devenu très nettement dominant parmi ceux que nous interrogeons, mais le chômage ainsi que la formation restent présents.

Ils sont devenus ouvriers métallurgistes, avocate d’affaires, agents d’entretien, professeur des écoles, mère au foyer, dentiste, chauffeur routier, éducateurs spécialisés, peintre, auxiliaires de vie, entrepreneur en serrurerie, en électricité, en cybercafé ou en import-export, libraires, professeur d’histoire du droit, serveur, musicien intermittent, contrôleur SNCF, conseillers financiers, chercheure en biologie, gestionnaires de stocks, assureur, comptables, géographe, agent de sécurité, vendeuse, électromécaniciens, professeur de français à l’étranger, secrétaires, conseiller d’éducation, caissières, cadres commerciaux, agent de conditionnement, employés administratifs, chef de rayon, contrôleur de gestion, cuisinier, aide médico-psychiatrique, commerçant en décoration, gestionnaire des ressources humaines… mais une partie importante d’entre eux a bifurqué et exercé plusieurs métiers.

Amour et famille

Dès la vague 1, 41 jeunes avaient une relation amoureuse, et deux avaient un enfant dont une mère célibataire.

En vague 2, 46 jeunes avaient une relation amoureuse (dont 20 couples seulement duraient depuis la vague 1), et 12 avaient au moins un enfant.

En vague 3, 14 d’entre eux avaient des enfants (dont une vivant seule avec l’enfant), 49 avaient une relation amoureuse, 19 vivaient en couple sans enfants (dont un couple homosexuel), 11 vivaient seuls, 12 habitaient encore chez leurs parents, et 12 étaient dans d’autres situations (co-location, foyer…).

En vague 4, 49 (sur 60 jeunes) sont en couple dont deux homosexuels. 22 ont au moins un enfant et 5 accueillent les enfants de leur conjoint. Parmi les 11 jeunes qui n’ont pas de relation amoureuse en vague 4, 7 n’en ont jamais eu tout au long des 4 vagues d’enquête.

En vagues 5 (mais c’est là en partie un effet de sélection) les couples avec enfants deviennent dominants, et le sont encore bien plus nettement en vague 6. Mais la vie en solo reste présente aussi, et la part des parents seuls avec enfants augmente un peu.

Mais revenons sur la fabrication précise de l’enquête…

 La méthodologie de l’enquête

 Le mode de questionnement et le déroulement de l’entretien

La nouveauté de cette démarche, ainsi que l’attention portée aux représentations des acteurs, à leurs logiques d’orientation, à leur appréciation de leurs relations et de leurs investissements, nous imposait, pour la première vague d’enquête, de procéder exclusivement par entretiens semi-directifs. Ceux-ci ont duré en moyenne 5 à 6 heures avec un minimum de 3 heures et un maximum de 11 heures, en 1 à 4 rencontres réparties sur quelques jours.

A partir de cette première vague d’enquête, nous avons amélioré et stabilisé les questions, fixé également certains items de réponses.

Pour la seconde vague d’enquête, nous avons donc pu aménager notre investigation en deux parties complémentaires. Une première partie prend la forme d’un questionnaire standardisé, aisé à coder, nous fournissant ainsi un outil de recueil des données plus systématique et susceptible d’un traitement informatique. Ce questionnaire traite essentiellement du parcours du jeune depuis l’enquête précédente et de la construction de son réseau personnel. Si nous avons à l’origine 87 individus interrogés, leurs relations additionnées sur toutes les vagues d’enquête se comptent en effet par milliers (10 804 exactement), et il est important de pouvoir les traiter numériquement. Nous remplissons ce questionnaire avec le jeune. Une deuxième partie poursuit l’investigation par un entretien semi-directif enregistré, allégé du recueil de données factuelles et autorisant davantage de liberté pour discuter des changements survenus en trois ans. Cette procédure a été reproduite de la troisième à la sixième vague d’enquête.

Moyennant cette différence de forme, la plupart des questions traitées sont bien entendu similaires dans toutes les vagues d’enquête, afin de permettre la comparaison. Nous avons ajouté à partir de la vague 2, dans la partie d’entretien enregistré, des questions d’évaluation et d’appréciation des changements opérés dans la vie de l’individu au cours des trois années séparant chaque enquête. Pour le reste, la logique du questionnement reste constante, même si certaines questions n’ont été posées qu’à partir de la 2è ou 3è vague d’enquête où elles sont devenues plus pertinentes. En effet, les questions sur les changements d’emploi, sur les séparations conjugales, les gardes d’enfant, etc, se justifiaient peu lors de la première vague d’enquête. La vague 5 a été plus réduite.

 La partie « questionnaire » 

 Les contextes de vie

On l’a vu, nos interrogations sur les réseaux personnels sont fondées sur une hypothèse forte les reliant aux processus de socialisation. De ce fait, la construction des listes de relations et des réseaux doit répondre à cette exigence et donner une image la plus fidèle possible de l’ensemble des entourages et des circulations sociales de ces jeunes. Pour cela, les questions visant à produire des listes de personnes avec qui nos jeunes sont en contact, questions appelées « générateurs de noms », doivent couvrir une amplitude très large de domaines et de cercles sociaux susceptibles de receler des potentiels relationnels. L’idée est ici d’approcher le plus possible de la totalité des personnes qu’ils fréquentent, dans l’ensemble des domaines de la vie et des activités sociales. Nous avons donc mis en place une série de générateurs de noms « contextuels » visant à favoriser la mémoire, à évoquer toute la diversité des activités et des espaces parcourus par les personnes interrogées, à « ratisser » tous les contextes possibles en quelque sorte.

On conduit donc chaque jeune à évoquer, dans la première partie de l’entretien, l’ensemble de ses lieux et temps de vie. Ces contextes peuvent être des environnements institutionnels comme l’école, le lycée ou la famille. Ils peuvent aussi avoir une dimension plus informelle : voisinage, bande de copains, loisirs… Nous prenons également en compte des contextes aujourd’hui disparus, comme l’école, d’anciens quartiers de résidence… contextes qui ont pu néanmoins générer des liens (amis d’enfance…) encore actifs aujourd’hui.

Nous abordons ainsi systématiquement les contextes suivants : études, activités de loisirs dans le cadre des études, relations anciennes d’école ou de lycée, travail (y compris les « petits boulots »), relations conservées avec d’anciens collègues, stages, loisirs, sports, activités culturelles, vie associative et citoyenne (club, syndicat, parti politique, groupes divers), anciennes participations aujourd’hui abandonnées, activités associées à la pratique d’une religion, vacances, voyages, bandes de copains, ex-bandes de copains, résidences, amis des parents, autres relations anciennes, service national, autres lieux de fréquentations, vie amoureuse et relations induites, relations amoureuses antérieures et, bien entendu, la famille. Sont posées là des questions générales nous permettant de situer le jeune dans ces contextes et de mesurer l’investissement qu’il y réalise.

 La construction du réseau de relations

Dans chacun de ces contextes, des questions, les « générateurs de noms », permettent de mettre en évidence l’existence des liens interpersonnels qui s’y sont inscrits. Elles sont du type: « Dans (tel contexte), y a-t-il des personnes que tu connais un peu mieux, avec qui tu parles un peu plus? ».

La construction du réseau de relations se fait ainsi par un relevé systématique de prénoms des personnes que cite ego[4], contexte après contexte. Pour chacune des personnes ainsi citées, nous recueillons ensuite quelques données sociographiques de base (sexe, âge, situation matrimoniale, diplôme, profession, résidence…). Une partie de ces relations, les « liens forts » (cf. infra) sont ensuite documentées de façon approfondie (activités partagées, ancienneté de la relation, partage de confidences, « ressort » du lien…). Nous verrons ainsi, au-delà des caractéristiques individuelles, ce qui fait le contenu des relations. Cela pourra nous servir à comparer, par exemple, celui des liens qui persistent avec celui des liens qui disparaissent.

Enfin, à partir de la vague 3, une série de questions vise à saisir avec qui, au sein de ce réseau, on utilise certains moyens de communication: téléphone fixe, mobile, courrier électronique, courrier postal.

C’est donc par une longue série de générateurs de noms successifs, au fil de tous les contextes abordés, que le réseau est construit. On arrive ainsi, dans cette enquête, à un total de près de 50 questions susceptibles de générer des prénoms. Bien sûr toutes ne sont pas productives, mais l’important est ici, comme on l’a dit, de permettre la meilleure reconstitution possible de tous les univers sociaux ayant fourni des relations actives aujourd’hui pour ces jeunes. Il est important pour nous, dans l’optique d’un travail sur la socialisation, de ne pas orienter ni limiter le questionnement à un seul type de liens sociaux, les plus proches ou les plus souvent fréquentés ou les plus aptes à aider nos jeunes… ce qui nous donnerait une image beaucoup trop ciblée de l’entourage.

 Contacts et liens forts

Pour chacun des prénoms cités, nous introduisons une procédure de question-filtre nous permettant de distinguer les liens forts des simples contacts. Nous partons de l’hypothèse que les relations multiplexes[5], en s’ouvrant sur plusieurs lieux, activités et univers, sont de ce fait moins dépendantes du contexte initial de la rencontre, moins spécialisées, plus polyvalentes et davantage susceptibles de toucher la dimension personnelle des individus. Elles sont sans doute également les plus durables. Nous nous sommes donné les moyens de tester cette hypothèse en introduisant lors de la seconde vague d’enquête une seconde question-filtre portant sur l’importance subjective de ce lien.

Ces questions s’organisent donc comme suit, par exemple pour le contexte du travail :

Dans ton travail actuel, as-tu rencontré des personnes que tu connais un peu mieux, avec qui tu parles un peu plus ?

(les prénoms sont notés sur la liste)

Est-ce qu’il y en a que tu fréquentes en-dehors du travail ?

Est-ce qu’il y en a qui sont importantes pour toi, que tu les fréquentes ailleurs ou pas ?

On signale les prénoms qui sont cités à nouveau en réponse à chacune de ces questions. Ceux qui sont ainsi cités pour l’une ou l’autre de ces questions seront classés dans les « liens forts » et donneront lieu à une fiche plus complète sur le contenu relationnel. Les autres ne donneront lieu qu’à la fiche sociographique mentionnée plus haut.

Certains contextes « anciens » ne sont plus fréquentés aujourd’hui, comme l’école primaire par exemple. Le fait que ce contexte ne soit plus actif (le jeune ne va plus à l’école) mais que le lien interpersonnel avec un ancien camarade persiste, nous « tient lieu » de multiplexité, et la relation est d’emblée classée comme un lien fort. Nous demandons néanmoins encore si la personne en question est importante pour ego.

 Les cercles sociaux

L’étude de la sociabilité par groupes ou cercles sociaux est également une dimension importante de cette recherche. Une particularité de la sociabilité des jeunes est en effet le fonctionnement par groupes, par bandes. En outre, une des hypothèses qui fondent cette recherche est la correspondance entre la construction du réseau personnel et l’ouverture, par son intermédiaire, d’univers sociaux nouveaux. Il était donc important, pour observer les processus d’insertion considérés ici en particulier comme des modes de circulation et d’ancrage dans le monde social, d’étudier les cercles sociaux ouverts par chacun des liens.

Dès que sont repérées des activités pratiquées à plus de deux personnes, nous avons ainsi introduit un questionnement sur l’étendue, la nature, le fonctionnement et le ressort commun du groupe. Nous avons pu constater ainsi une liaison entre le type de ressort commun qui « tient ensemble » les personnes réunies dans ces cercles, et la plus ou moins grande stabilité de ces cercles dans le temps. Nous pouvons considérer également le fait d’être inscrite dans un cercle ou pas comme une caractéristique de la relation: elle est encastrée dans un collectif ou à l ‘inverse autonomisée, découplée du collectif et fonctionne en tête à tête entre ego et alter.

 La structure d’ensemble du réseau

D’autres questions visent ensuite à dessiner, au-delà de la somme des relations et des groupes, la structure globale du réseau. Cette structure nous indique en particulier si ce réseau est concentré sur un domaine ou dispersé dans l’univers social. Cette différenciation, on l’a dit, est d’une importance centrale pour l’insertion sociale : certains réseaux concentrés, redondants, fermés sur un quartier, sur une époque, sur une sphère professionnelle ou culturelle, offrent un ancrage ferme mais limité ; d’autres, dispersés dans des ensemble disjoints et contrastés, offrent davantage d’alternatives de circulation dans la société.

Par ailleurs, la distribution globale du réseau dans les sphères de rencontre et la pondération relative des liens peut être vue comme un indicateur de la répartition des domaines investis : si un tiers du réseau s’inscrit dans la sphère professionnelle, un tiers relève de liens conservés avec les camarades d’études et un tiers de la famille, la configuration est différente du modèle où les trois quarts du réseau seraient des membres de la famille et un quart, des voisins… Cette mesure, mise en relation avec le discours de la personne sur ses choix et ses priorités, nous donne une indication de la structure de ses investissements.

Le fait que les relations d’ego fassent partie du même monde, comme le fait qu’elles soient fortement interconnectées entre elles, ou pas, sont significatifs de la fermeture ou de l’ouverture du réseau. Pour mesurer la densité du réseau, nous écrivons sur un cercle les prénoms des liens forts qu’un jeune vient de nous citer et nous lui demandons de tracer les inter-relations entre eux[6]. Nous analysons ensuite les caractéristiques de ces personnes et des liens qui les unissent.

Nous réalisons de plus, en fin de cette première partie, un dessin du réseau combinant, avec des patates et des flèches, l’ensemble des liens et des groupes, dessin élaboré avec le jeune et commenté par lui.

Une fois ce questionnaire terminé, l’enquêteur repart et prépare la seconde partie de l’entretien, pour laquelle un second rendez-vous est fixé dans les jours qui suivent.

La partie « entretien » 

La préparation de l’entretien, entre les deux rendez-vous, consiste à identifier les évolutions dans la situation du jeune et à repérer les changements intervenus dans son réseau. Il s’agit ici de préparer la comparaison entre la vague d’enquête précédente et celle-ci, comparaison qui nourrira une partie de l’entretien. L’enquêteur va noter en particulier les prénoms des personnes qui avaient été citées à la vague précédente et plus à celle-ci, confronter également les listes de personnes désignées comme importantes d’emblée… L’enquêteur choisit en outre quelques relations particulièrement intéressantes à renseigner de façon approfondie. Sur des feuilles de préparation, il inscrit ces changements, qui pourront être commentés dans l’entretien enregistré qui va suivre. Cet entretien sera intégralement retranscrit.

Processus biographiques et relationnels

On l’aura compris, chacune de ces parties, qu’il s’agisse des étapes biographiques ou des évolutions du réseau personnel, prennent un intérêt particulier par la comparaison des réponses données à chaque vague de l’enquête. On demandera ainsi au jeune interrogé pourquoi il a changé d’emploi, de ville, de conjoint, quels ont été pour lui les « temps forts » des trois dernières années, pourquoi il ne cite plus son père parmi les personnes importantes, comment il a mélangé ses collègues de travail et ses amis du basket…

En ce qui concerne son parcours depuis la vague d’enquête précédente, les récits des expériences vécues dans la formation, l’emploi, les loisirs, les relations amoureuses, les liens avec les amis, la famille… révèlent les logiques de choix, certains « moteurs » de l’action comme le rapport au travail, les principes de cheminement. Nous pouvons ensuite repérer les évolutions qui se dessinent sur ces logiques, ces moteurs, ces principes eux-mêmes, dans le temps.

L’étude des transformations du réseau et des relations nouvelles, maintenues, disparues, nous donne des informations, non seulement sur les renouvellements à l’oeuvre, mais également sur les évolutions des façons même de faire des liens, sur les processus d’abandon et sur les mutations des modes de sociabilité en général, à ces âges là. Dans les entretiens sont abordées les évolutions de quelques-unes de leurs relations importantes ou particulières quant à leur position dans le réseau. En effet, il serait trop long de les traiter toutes, et à chaque vague d’enquête nous en avons choisi quelques-unes que nous pensions particulièrement significatives. Toutes les relations qu’ils ont perdues dans les intervalles des trois ans sont par ailleurs évoquées (sur la base des documents des vagues précédentes), et nous leur demandons pourquoi, à leur avis, ils ne les fréquentent plus.

L’évolution des cercles sociaux, de la densité, ainsi que les modifications dans la forme globale du réseau nous renseignent sur les transformations du système relationnel et des « petits mondes » auxquels il donne accès, mais aussi  sur les évolution des priorités dans les investissements. On repère également le rôle du temps et des événements biographiques sur les effectifs et la composition des réseaux.

Dans le rapport qui se construit entre ces deux ordres de facteurs se révéle en particulier l’évolution de l’emprise qu’exerce le jeune sur sa vie. Dans un système complexe de contraintes, comment se définit sa marge de manoeuvre, et comment s’y donne-t-il un rôle d’acteur ? Qui, par ailleurs, peut influencer ses décisions, jouer un rôle sur sa trajectoire jusqu’à en infléchir le cours? De telles questions contribuent à répondre à notre hypothèse de départ, à savoir l’étude des interactions entre sociabilité et socialisation.

Des thématiques plus précises nous intéressent au premier chef et de cette grande quantité de matériaux ont été extraites certaines parties traitées avant les autres.

Représentations du travail et des modalités d’accès à l’emploi

Au-delà des éléments de récit de sa trajectoire scolaire, de ses périodes de formation, de ses premiers « petits boulots » et de ses emplois éventuels, des questions plus prospectives visent à explorer la façon dont notre jeune construit son « univers des possibles » en matière d’accès à l’emploi. On voit se dégager divers types de trajectoires, intégrant des représentations contrastées de ce qu’est le travail, en soi et pour soi. Les expériences se succèdent, les motivations évoluent, les projets se modifient. Dès la troisième vague d’enquête, on peut voir évoluer les « façons d’avancer » vers le travail. Le rapport au travail lui-même évolue, ses composantes aussi ; nous avons étudié plus particulièrement les changements dans les appréciations de la stabilité et de la mobilité d’emploi.

Par ailleurs, des questions portent sur le rapport entre ces potentialités et les ressources disponibles dans le réseau :

« Imaginons : tu sors aujourd’hui, ta formation terminée. Tu dois commencer à chercher un premier emploi. Qu’est-ce que tu fais ? Comment tu t’y prends ? Penses-tu que quelqu’un peut t’aider à trouver un emploi dans cette branche ? Qui ? Pourquoi ? »

La même question était ensuite posée pour la recherche non plus d’un « vrai emploi », mais d’un « petit boulot » de dépannage, les différences entre les deux types de recours éclairant les diverses facettes du rapport à l’emploi, de la constitution et de l’appréciation des « mondes » professionnels, ainsi que des ressources relationnelles en la matière. Nous voyons ainsi apparaître divers types de procédures : recours aux institutions de recherche d’emploi, accès direct aux entreprises, demandes ciblées sur l’environnement immédiat (le commerçant du coin…), mobilisation du réseau de parents proches, d’amis anciens ou récents, de personnes diversement spécialisées au regard de l’emploi en question.… L’ensemble des potentialités d’utilisation des ressources relationnelles et des modalités de l’accès à l’emploi varient dans le temps. Le fait de faire appel à son père pour trouver un travail en vague 1, puis à la mission locale ou bien à un ancien employeur en vague 2, et en vague 3 à une revue professionnelle, nous donne une idée de l’évolution des représentations du monde du travail, des modifications objectives des ressources potentielles, mais aussi des apprentissages effectués à cet égard.

Nous pouvons dès lors nous interroger sur le fait que telle catégorie de jeunes mette en place telle ou telle procédure, et sur l’évolution de ce mode d’approche de l’univers de l’emploi au fur et à mesure qu’il grandit et s’y confronte réellement.

 La vie de couple

La vie affective et la formation de couple(s) par chacun de ces jeunes a fait l’objet des mêmes investigations que pour le reste du réseau en termes de caractéristiques du partenaire et de la relation. On y a ajouté des interrogations spécifiques concernant l’histoire de ce couple, les représentations des engagements qu’il suscite, son avenir et ses rapports aux familles d’origine, ainsi que ses effets sur la sociabilité. Nous considérons là tant les relations de couple établies que les « petites histoires » vécues comme provisoires. Certaines questions portent sur les changements induits par cette relation amoureuse, changements dans la situation, dans les représentations, dans les projets professionnels, dans les relations avec les parents, avec les amis… Là encore, il est important pour nous de dégager le plus possible de ponts entre les divers domaines de la vie.

D’autres questions portent sur la vie conjugale pour ceux qui habitent ensemble, et bien sûr, dès la vague 2, sur la naissance d’enfants dans le foyer et les transformations que cela induit sur leur vie, leur travail, leurs activités et leur sociabilité. Les modes de garde, le partage des tâches, les effets de cette naissance sur les rapports avec les familles d’origine sont également évoqués. Les mutations des rapports de couple et celles des liens familiaux sont significatives là aussi de processus de maturation, mais réagissent également à l’impact d’événements extérieurs.

Les rapports avec la famille

Lors de la première vague d’enquête nous avons fait l’inventaire systématique de la famille étendue aux grand-parents, oncles, tantes, cousins et cousines de chaque jeune, ainsi que de la famille recomposée le cas échéant. Nous avons recueilli des informations sociographiques sur toutes ces personnes, même si le jeune ne les voyait pas ou plus. C’est en cela que le traitement réservé à la famille se distingue de celui du reste du réseau : si la procédure de construction du réseau inclut la famille pour mentionner les relations existantes, pour la famille, en plus, même les relations non actives sont renseignées dans cet inventaire de départ. Par ailleurs, une interrogation systématique plus approfondie est réalisée à chaque vague d’enquête pour les relations avec les personnes du foyer d’origine ainsi que pour les membres de la famille apparus comme importants à divers moments de l’entretien. Nous avons, en outre, tenté d’appréhender le fonctionnement des groupes familiaux avec un questionnement particulier sur leur cohésion, leurs tensions, leurs conflits et leur organisation, en particulier lors de rencontres rituelles comme Noël ou divers événements familiaux. Nous avons pu mesurer les évolutions des rapports avec les parents au fil de l’entrée dans la vie adulte.

Dynamiques relationnelles et trajectoires sociales d’usage des TIC

Dans la troisième vague d’enquête, nous avons ajouté un module spécifique portant sur les usages des Technologies de l’Information et de la Communication et leurs évolutions. Nous avons répété ce module dans la quatrième vague, permettant ainsi de mesurer les changements intervenus dans ces usages. Bertrand Fribourg a réalisé une thèse de doctorat en sociologie dans le cadre d’une convention CIFRE avec France Télécom R&D sur ce sujet. Cette thèse visait à saisir les articulations entre les parcours biographiques des jeunes, la dynamique de leur réseau de sociabilité, et les trajectoires sociales d’usage des technologies de la communication qui sous-tendent ce réseau.

Ces trajectoires d’intégration des TIC sont liées d’une part aux caractéristiques sociodémographiques des acteurs (sexe, origine sociale, niveau de diplôme), mais également à leur position dans le cycle de vie et dans leur parcours de vie. Les processus d’intégration professionnelle et d’installation conjugale et familiale orientent ainsi considérablement les trajectoires d’équipement.

En portant un regard sur l’évolution des réseaux de sociabilité, on teste également l’hypothèse d’un passage de réseaux où domine la forme collective « clanique » vers des réseaux électifs, avec une individualisation des relations. Dans cette perspective, l’idée est d’interroger la place des équipements et des formats d’échange médiatisés dans les processus de transformation des réseaux. On vérifie le poids des rapports sociaux sur ces évolutions.

Enfin, on recentre la focale sur le « travail du lien », au niveau microsociologique de la dynamique d’une relation ou d’une clique (sous-réseau). L’objectif est de déconstruire plus finement les transformations à l’œuvre dans les affinités et de montrer de quelle manière un système de relations se reconfigure en fonction des évolutions de la « bonne distance » à tenir pour vivre ensemble. Il s’agit également de saisir le recours aux TIC comme support de construction d’une « temporalité juste » de contact.

Le rapport au temps et les calendriers

 Dans l’agencement de leur vie, dans leurs choix relationnels, dans leurs engagements, les jeunes construisent des priorités, plus ou moins nettement. Ils ordonnent en quelque sorte, la plupart du temps implicitement, leurs activités et leurs rencontres en fonction de ces divers niveaux d’urgence. Dans l’entretien nous tentons de favoriser l’émergence de ces orientations. Ces informations sont complétées par leurs représentations plus générales de l’agencement de leurs projets et de leurs perspectives d’avenir. Est-il primordial par exemple pour eux de trouver un emploi avant de quitter le foyer parental pour s’installer en couple, ou l’inverse ? On peut rechercher les variables sociographiques susceptibles de révéler des clivages sur cette question des agencements de calendriers.

Par ailleurs, à partir de la seconde vague de l’enquête, nous avons construit avec les jeunes un calendrier plus objectivant et systématique, mois par mois, de tous les changements biographiques et événements divers survenus dans chaque intervalle de trois ans entre deux vagues d’enquête. Cet outil nous permet de récapituler l’ensemble des changements, de pointer leurs correspondances, mais aussi de les dater précisément… ce qui n’est pas toujours évident si on les isole les uns des autres. Dans le cours même de l’entretien, cette mise à plat peut d’ailleurs aider le jeune lui-même à se repérer : il se souviendra mieux de la date à laquelle il a fait un stage si nous l’aidons à la situer par rapport à celle de son déménagement ou de la mort de son grand-père). Ce calendrier précis peut alors être mis en perspective avec leurs choix de vie plus généraux et susciter des discussions sur les temporalités de leurs choix et les orientations globales qui sous-tendent les étapes qu’ils franchissent. Nous cherchons à travailler ces questions de temporalités et à avancer des conceptualisations sur la notion de processus biographique.

Les bifurcations dans les trajectoires : temps forts, carrefours et prises de décision

 Les moments précis de bifurcation, d’infléchissement des trajectoires, les processus de prise de décision restent encore très peu mis en lumière en sociologie. On analyse les trajectoires, mais sans connaître les arbitrages dont elles sont le résultat. Quel était l’univers des possibles au moment où le choix a été fait ? Comment se présentait l’arbre des alternatives ? Quels chemins ont été abandonnés au profit de l’orientation finalement prise ? Comment se construisent les processus de décision ? Une série de questions permet d’étudier très précisément ces « temps forts », y compris sous l’angle de l’intervention de membres du réseau sur les choix opérés.

Les récits provoqués par nos questions nous permettent de tracer le déroulement dans le temps d’événements dont la succession fait sens, alors que des enquêtes plus globales ne peuvent accéder à ce niveau de précision et ne perçoivent donc pas toujours très exactement l’ordre temporel des causalités. Dans des calendriers décrivant plusieurs années de la vie d’un individu, il est en effet impossible de dissocier des événements séparés parfois par quelques jours seulement, alors que cette diachronie peut s’avérer cruciale dans le processus décisionnel.

En portant un éclairage sur ces aspects, nous avons pu approfondir la réflexion sur la construction des processus et sur l’ordonnancement des décisions qui conduisent aux bifurcations dans les trajectoires.

Devenir adulte?

Nous nous sommes demandés d’ailleurs ce que pouvait représenter, pour ces jeunes, ce terme  « adulte « , et s’ils s’y reconnaissaient. En leur posant directement la question, nous avons pu éclairer leurs représentations à cet égard. Ces représentations montrent d’ailleurs la force des clivages sociaux de classe : la jeunesse est bien plurielle, et la notion d' »individualisation des parcours » trouve ses limites dans des marquages très nets des argumentaires mobilisés en fonction de la classe sociale d’origine des jeunes. La réitération de cette question à trois ans d’intervalle nous permet en outre de voir en quoi des événements biographiques sont susceptibles (ou pas) d’interagir avec ces représentations de soi comme adulte. De même, les  « façons d’avancer » vers le monde du travail montrent leurs évolutions et leurs discontinuités, la dimension longitudinale de cette enquête nous permettant là aussi d’interroger les liens entre les parcours biographiques et les représentations sociales, entre les expériences et les idées.

L’ensemble de ces matériaux recueillis nous offre ainsi, en cohérence avec nos hypothèses de recherche, une très vaste palette d’éléments d’information mais aussi d’angles d’approche de la question des processus de socialisation et d’insertion sociale, dans ce moment d’entrée dans la vie adulte. Il n’est bien sûr pas question de traiter ces données d’un bloc, de synthétiser dans un seul mouvement tous les résultats et les réflexions sur ces trajectoires. Ce travail est progressif, et reste aujourd’hui un vaste chantier. La liste des publications en donne un état provisoire.

 

 

 

[1] Ces organismes sont : les CEMEA (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active), les Greta (Groupement d’établissements de Caen/Bayeux), Hérouville jeunes, l’IRFA (Institut régional de formation continue Normandie-Maine), Visa Formation, Vis à Vis Formation.

[2] On connaît bien les effets pervers des prises de position en groupe, surtout à cet âge là : soit on est entraîné par les copains à participer dans l’enthousiasme, quitte ensuite à s’en dégager individuellement, soit on a peur d’être traité de « fayot » si l’on s’inscrit dans une démarche proposée par des personnes proches de l’autorité, présentées par l’enseignant.

[3] Pour certains cette option était difficile : logement trop petit, pas de pièce dans laquelle nous pouvions être seuls durant de longues heures (point sur lequel nous restions très fermes, sachant combien la présence d’un tiers peut bloquer la parole dans des entretiens approfondis). Dans certains cas pointait, ou même était exprimée clairement, une « honte » à nous montrer le logement familial.

[4] C’est ainsi que sont appelées les personnes interrogées, alter désignant les relations citées par ego.

[5] On qualifie de multiplexe une relation qui circule dans plus d’un contexte ; par exemple, lorsque deux personnes se fréquentent au travail et dans une activité de loisirs.

[6] Il est certes possible d’inclure les simples contacts dans ce traçage de la densité, mais pour les grands réseaux le dessin devient vite illisible, et la construction d’une matrice est plus longue et difficile à mener en entretien.

 

 

 

Panel of Caen: Life course and networks – Methodological note

The hypotheses and research questions

Panel_of_Caen_Presentation_Methodology_2017_EN

(a text originally written in 1998, revised in 2005, updated with the last survey waves in 2017)

 

This panel-based longitudinal research project is concerned primarily with the investigation of processes of socialisation. Our approach is based on observation over time, comparing the successive stages in a cohort of young people’s transition into adulthood. Lengthy interviews are conducted with the young people at regular intervals. We are seeking to explore in detail the link between changes in their networks of personal relations and the processes they bring into play as they enter adult life.

The use of a series of interviews to track the same young people at different stages in their life course is the first unique feature of this approach. The attention paid to relational networks as an intermediate level between individuals and society is a second unique feature. The third and final unique feature of our approach is that it takes account of the various spheres of life (school, family, work, relationships, place of residence, free time, etc.). Let us outline the hypotheses that provided the starting point for our approach.

Process and longitudinal method

Most of the time, sociological investigations are based on a posteriori, retrospective reconstitutions of the important stages of individuals’ social trajectories. This approach is particularly useful for objects of investigation restricted to the most ‘objectified’ stages and events of the working life, the life cycle and family creation, housing trajectories etc.

However, when it comes to more ‘mobile’ and more complex objects, which are more susceptible to subjectivity, reinterpretations and the sifting and sorting of memory, such as approaches to living in society, the construction of career plans, the choices made at key moments in the life course etc., the limits of these ‘standard’ methodologies are reached. The investigation of such processes gains considerably by being based on observations carried out over time. This makes it possible to compare stages, situations and discourses as they are lived and experienced and not after changes and reinterpretations that modify their meaning. Only by taking full account of the diachronic dimension is it possible to obtain the material required for precise investigation of the connections between the progression of the life course, change in the modes of sociability or living in society and processes of socialisation and social integration.

Longitudinal surveys, which follow a panel of individuals during a part of their lives by means of repeated interviews, make it possible to isolate the effect of age on these transformations and to identify the impact of important thresholds in the life cycle. The aim of researchers here is to equip themselves with the means to separate out the various factors at work in social maturation, to ‘disaggregate’ them by measuring their specific effects. If the members of a cohort age at the same rate biologically speaking, the same does not apply to all the aspects of their lives: at any given age, some will have children, others will not, while some will be in stable employment and others will not be. Efforts can then be made to identify more clearly the developments associated with each of the aspects of socialisation.

 

The choice of time: the entry into adult life

The transition from adolescence into adulthood is a crucial period in an individual’s life. It is also a particularly interesting period for sociologists. It is ultimately a very condensed period, but one in which events, choices and changes in life orientation and attitudes are concentrated which, although not definitive, are in any event very important. It is a time when the results of previous experience and decisions and the scope they leave for personal choices are subjected to close scrutiny. It is a time when the socialisation processes are completed, or rather put to use.

Young people experience a very clearly defined transition from environments that are relatively structured and homogeneous, particularly in terms of age group (secondary school), to much more heterogeneous and diversified worlds (the workplace). They experience a series of often simultaneous breaks (leaving school, the family home and sometimes their home town) that has no equivalent later in life. At the end of compulsory education, paths begin to take shape for the future, but they also become aware of the limits affecting all the important areas of life: work, place of residence, and their emotional and family lives are all at risk at this time, or at least called into question.

And yet these various areas of life are often approached separately in sociological studies, whereas there is every reason to suppose that they interact profoundly with each other, particularly since these choices are made in such rapid succession. Moreover, the sequencing can itself become a research question: the intervals between these various types of choice and changes have been the object of various sociological investigations.

Leaving the parental home, the choice of university or other educational programme, entering the labour market and taking up an occupation, affective experiences and the search for a partner, moving in with a partner, setting up a house of one’s own and deciding to start a family are stages that are concentrated into just a few years with an intensity that is seldom encountered in the subsequent phases of the life course. It is, therefore, an absolutely privileged period for a longitudinal study of socialisation processes.

We could have adopted an ‘objective’ notion of age when selecting the survey population and decided to interview young people all aged 17, for example. However, our particular purposes were better served by focusing on a ‘social’ stage in the maturation process, defined by its location within the process of social integration. This is why it seemed appropriate to us to carry out the first wave of interviews at a time when the young people were on the threshold of an important phase that would to some extent determine the direction of their future lives: just before the baccalauréat (upper secondary school leaving certificate) for some and just before the end of a training placement for the less academically inclined.

 

The survey waves

1995: first wave of interviews

1998: second wave of interviews

2001: third wave of interviews

2004: fourth wave of interviews

2007: fifth wave of interviews

 

2015: sixth wave of interviews

 

We have thus been able to compare these four stages in the young people’s trajectories and examine very closely everything that happened in the intervening periods. This has enabled us to observe them going down certain paths, branching off in other directions, making choices, reacting to constraints and developing within an environment, in short gradually constructing an adult trajectory. We have also been able to compare three segments of these trajectories and thus see whether the ‘ways of getting on’ remain constant or evolve over time, whether the processes remain stable for the same individual or change from period to period. This is an important theoretical issue.

It was planned to stop the panel after the fourth wave of investigation. But solicitations have led us to prolong. In the fifth survey wave, funded by the Regional Council of Lower Normandy, we did not complete the reconstruction of the network (which was here limited to the list of the most important persons for the respondent) but we have added a module on questions related to the education of children in particular in the field of health. Only 49 respondents were re-interviewed, restricted to those with children or who had significant re-orientations in their lives.

Again, we thought the Panel was over. However, in 2015, a sixth survey wave was carried out on the request (and funds) of the LABEX « Structuring of Social Worlds ». In this survey wave, the network construction procedure was resumed as in the first 4 survey waves, and a module was added, addressing the uses of digital social networks. Only 21 respondents, Facebook users, were re-interviewed.

 

Social networks and social integration

The complex system of relations that individuals maintain with other people, whether they be family members, work colleagues, neighbours, childhood friends, members of a volleyball team or of a social club, or even just friends whom they meet regularly for a drink, constitutes their social network. Our hypothesis is that the form this network takes, the way in which it is structured, is indicative of an individual’s mode of social integration.

Such social networks constitute, indeed, an ‘intermediate level’ between the individual and society: it is by means of interpersonal relations that individuals gain access to groups, social organisations and even institutions. Thus individuals’ social networks lie at the heart of their relationship with society and can be said to reflect their position within it.

This system takes various forms. It may be highly concentrated in a particular milieu, for example in the case of an individual who associates mainly with work colleagues, who also know each other well. The network may also be focused on a certain period if, for example, a person’s only friends are those made in adolescence. Conversely, it will be highly dispersed if an individual has moved around a lot and maintained links with very different people who do not know each other at all and who may not even like each other.

The degree of homogeneity, i.e. the fact that the acquaintances all resemble each other somewhat or, conversely, are very different people, is an important characteristic of a network. Similarly, the density of the network, i.e. the fact that the friends associate with each other as well or, conversely, that the individual in question meets them separately, is indicative of the ‘concentration’ of the network or its openness to diverse social environments between which there are few links and little overlap.

These two factors are decisive for social integration. If an individual’s network is both very homogeneous and very dense, that individual will be very firmly rooted in a social environment, strongly integrated but relatively limited to that one environment; if he or she leaves it, the problem of a lack of resources may arise. Conversely, if the network is heterogeneous and dispersed and the various members do not know each other, the individual will be less well integrated into an environment but will also be less dependent and will be able to move more easily, adapt to different situations or even play with different facets of his or her identity. This is just one example of the issues at stake in the structuring of social networks, the effects of which go beyond the management of a stock of interpersonal ties.

Moving in social circles, sociability and socialization

A relationship between two people might be regarded as going beyond mere interaction, or the sharing of activities and words between those two individuals. After all, behind each of the links or each of the friends there is a ‘little world’, a segment of society or a social circle to which that friend gives access. Each relationship offers an individual further relationships, acquaintances, knowledge, ideas and attitudes, which act as an additional window opening on to the social world. The fact that these social circles may, once again, be concentrated and overlapping or, conversely, diversified, separate, fragmented and organised in one way or another determines the nature, the solidity and the variety of the ‘little worlds’ to which an individual has access and hence the mode of social integration.

Thus we have observed changes in the young people’s social networks as their entry into adulthood progresses. We have sought to ascertain how these networks have evolved, both generally and with regard to the characteristics of their constituent relationships. How have their relationships with their own families, with their partners’ families or with their childhood friends developed as the various stages in the transition to adulthood have been reached and left behind? How do a new couple organise their life in society? What knowledge is sought, to provide what kind of support and at what points in time? How do new relationships develop, in what circumstances, around which activities and within which environments? To what do these new relationships give access? Ultimately, how are the various modes of movement and rootedness in society constructed and how do they evolve as personal networks evolve?

Conversely, it may be argued that the relational environment and network composition affect the pace of socialisation and the choices made in the course of the socialisation process. If all their friends have children or are all in stable employment, then individuals will have different perceptions of their position in the age-related social structure depending on whether they are ‘in synchrony’ with their friends or not. The feeling that there is a gap or a time-lag between them and their network may influence personal choices and the timing thereof. A more diversified network will offer a wider range of possible reference points and influences, as well as greater opportunities for adaptation and change. Thus it is important to take account of networks in their entirety in order to assess their homogeneity in terms of life-cycle stages and rates of development and to locate the individuals’ position within them.

Network as a pool of resources

We have also been able to investigate the links between network structure and the constitution of ‘social capital’, i.e. the extent of the resources provided by the network, and to examine the ways in which relationships develop and the uses to which they are put. Our aim here has been to investigate the ways in which the resources provided by networks are exploited, depending on the type of relationships that are put to work, the subject’s initial assets and competences and the validity of those resources in the sphere in question at the relevant point in time. Our investigation has focused on the effects of the various forms of mobility on movements and changes within the network likely to be made use of.

After all, in the course of their lives or in particular circumstances, certain individuals make considerable use of their relationships in order to find accommodation, to borrow money or simply for moral support, whereas others make very few demands on them. Thus we have been interested in the use made of networks in order to find various types of resources (a job, for example), as well as in the way that a network might influence the choices made at important stages of the life course and the transitions into adulthood.

Finally, in the waves 3, 4 and 6 we have investigated the linkages between the young people’s biographical trajectories, the dynamics of their networks and their communication technologies trajectories. With which network members do they communicate by telephone or e-mail or (in wave 6) Facebook, to say what, at what point in time and to what end with regard to face-to-face meetings? The aim here has been to gain a better understanding of the links between biographical trajectories and trajectories of communication technology usages.

 

The interactions between the various spheres of life

Another novel feature of this research project lies in the systematic attention paid to the interactions between spheres generally investigated independently of each other. Work, family life, residence and emotional life are usually dealt with in isolation by researchers. At best, connections are established after the event. In our project, we began to construct the links between these spheres from the time of the interviews onwards.

Their relative weightings are themselves significant. The fact that, at such and such a point in time, a person is investing very heavily in establishing a relationship with their partner may help to explain why, at the same time, the search for a job is somewhat neglected, although not in every case, The relationship to work, as well as the more or less normative representations attached to the ‘imaginary schedules’ that mark out the various stages of the life course, reveal a range of different priorities and links, according to the young people.

On the other hand, events located in one sphere may influence an adjustment taking place in another sphere, which we seek to clarify precisely during the interviews. Thus the young people talk to us about the possible mutual influences of a romantic involvement, a family situation and progression at work, and the principles they follow in seeking to combine these various elements. At certain key moments, when they have to make choices, particularly at dividing points in their lives, various factors influencing their decision-making and choice of direction emerge, intersecting and cross infecting the various spheres of their lives. Love affairs can cause shifts of direction or even radical changes in work trajectories, and vice versa; changes at work or in the family may cause a person to leave the region they are living in. Leisure activities, for example, can open doors and lead to the construction of competences that will prove decisive in an individual’s career.

Some events are life-changing, others are not, some have effects beyond their own sphere, others do not. Thus one might wonder what breaks with the past or changes of direction are caused by military service, settling down as a couple, starting work or moving house. The priorities given to one or the other sphere, their relative weightings, the links connecting them, the synchronies and the time lags are all questions of fundamental importance to an understanding of the processes of socialisation and entry into adulthood. Thus the temporal aspects of this transition, whose propensity to become protracted and complex is well known, have been re-examined in the light of this panel, revealing both the intersections and moments of hesitation and indecision.

 

Personal networks, which are cross-cutting by definition, support and construct these linkages and reflect any changes that are taking place. The cessation of contact with certain childhood friends may indicate that an individual is restructuring their whole approach to living in society and making new life choices entailing a shifting of relational investments and a change in the way personal ties are maintained. Some biographical transitions, such as starting work or settling down as a couple, may have very distinct effects on the size of personal networks. Do these developments in relational worlds open up new horizons, do they increase an individual’s ‘social space’, or do they simply reinforce already well-established positions without diversifying resources? In our view, these questions are crucial to any attempt to observe the processes of entering adulthood and socialisation.

 

The survey population

The initial constitution of the panel

From our research perspective, it was important to assemble a panel of individuals positioned on the edge of a stage of their entry into adulthood and one that was truly diverse in terms of social position and gender. Nevertheless, there could be no question, in a qualitative survey based on a relatively small sample, of attempting to make the survey population representative in any way or of ensuring that it was evenly divided in terms of social class, for example. We decided, therefore, to select the survey population on the basis of two criteria: gender and the educational or training programme being followed, which would be likely to take the young people in question along a number of different paths on their way towards social integration.

Thus we decided to assemble a panel of 90 young people living in the Caen travel-to-work area and taking part in three different educational or training programmes. The three groups were as follows:

  1. Final-year high school students doing the economic and social sciences baccalaureate (ES bac.), who tend to leave the education system at an earlier stage and to a wider range of destinations than students from the other academic programmes.
  2. Final-year vocational high school students (doing the vocational baccalaureate), the majority of whom either seek employment after the baccalaureate or complete their education with a short vocational training course (brevet de technicien supérieur (BTS), for example, a vocational training certificate).
  3. Young people of the same age who had left education at an earlier stage and were already struggling with the problems of entering the labour market. They were participating in various integration programmes and were doing a variety of different courses, ranging from remedial literacy and numeracy courses to courses leading to vocational qualifications, usually as part of so-called ‘mobilisation for employment’ programmes. We will call them the ‘trainees’.

We sought to place equal number of girls and boys in each of these three groups of 30 young people.

 

 

 

Ages

The high-school students doing the ES baccalaureate were aged between 17 and 20. Those doing the vocational baccalaureate were on average two years older (18 to 23), which is due to them having repeated certain years of school. In addition, some of them had completed a brevet d’études professionnelles (BEP – a technical school certificate), which enabled them to prepare for the baccalaureate.

The trainees, very few of whom had a formal qualification (some had a BEPC, the lower secondary school leaving certificate, or a CAP-BEP, a technical school or vocational training certificate) were of comparable age on average, but the range was from 18 to 24. Very few of them were under 20 years of age and even fewer of them volunteered for the survey.

 

Geographical origin

We decided to limit our recruitment to the Caen travel-to-work area. The high-school students doing the ES baccalaureate lived in the catchment areas for the schools in the city of Caen, as did most of the vocational high-school students, although the fact that the vocational high schools recruit on a regional basis meant that we had to cast our net somewhat wider in their case. We had to do the same with the trainees.

 

The high schools and the youth programs

The high-school student doing the ES baccalaureate were enrolled at three general lycées in Caen (Charles de Gaulle and Augustin Fresnel) and Hérouville-Saint-Clair (Salvador Allende), which is a town adjoining Caen.

The high-school students doing the vocational baccalaureate came from four vocational lycées in Caen (Camille Claudel, Dumont D’Urville and Victor Lépine) and Mondeville (Jules Verne).

The trainees were all recruited in Caen from programmes organised by six organisations and voluntary associations that we contacted[1], in some case through the local task force for employment and training (Missions locales) or the School for Parents and Educators (EPE), which provides support for parents, young people and professionals working with young people.

Family backgrounds

As the table below shows, most of the ES students came from middle-class backgrounds, while the vocational high-school students and, more especially, the trainees were from working-class or, in some cases, middle-class backgrounds. There were many more economically inactive mothers among the trainees and vocational high-school students than among the ES students.

Parents’ socio-occupational category and educational/training programme

 

father

mother

father

mother

father

mother

 

16

19

11

8

8

7

 

8

5

12

11

14

7

 

 

2

 

8

 

10

 Education/training programme ES Vocational Training programme
Managerial and similar 10 8 3 1 1
White-collar/clerical and similar
Manual worker and similar
Economically inactive
Unknown, no information 2 2 1
Total 34 34 28 28 25 25

 

As we have already noted, socio-occupational background was not one of our selection criteria. Nevertheless, the choice of education or training programme does reflect social class to some degree.

 

From plan to reality…

So this was the population we were preparing to interview from the outset: 30 young people, 15 boys and 15 girls from each of the three education or training programmes. However, the discrepancies between their initial undertakings and their actual presence at the first interview changed this distribution somewhat. As a precaution, we had contacted more ES students than had been planned, 34 in all and all of them actually attended for the first interview. Of the vocational high school students and trainees whom we contacted, only 29 of the former and 27 of the latter actually turned up. We stopped at that point because of the difficulty of recruiting replacements in a reasonable time. Thus the initial population did indeed total 90, even though the distribution by education or training programme was not exactly equal.

Nevertheless, three individuals (one male vocational baccalaureate student and two male trainees) had finally to be deducted from this population, since there was too much missing information for them to be comparable with the others or with the interviews in subsequent waves of the survey. They were withdrawn from the survey population, which for the first wave amounted finally to 87: 34 high-school students doing the ES baccalaureate (of whom 16 were girls), 28 vocational high school students (of whom 15 were girls) and 25 trainees (of whom 15 were girls).

The vocational high school students were distributed among the following specialisations:

Section Girls Boys
Office automation, secretarial work 8 4
Commerce and services 5 2
Sales and sales representation 1 1
Art and fashion 1
Metallic structures 2
Maintenance of computerised systems 3
Wood working trades 1

The trainees were distributed among the following types of programmes:

Programme Girls Boys
Mobilisation 5 4
Job search 3
Pre-qualification 2 1
Qualification 3 3
Orientation 2
Others 2

 

While it would obviously have been better if the distribution had been the same as originally planned, the divergences are not crucial in a qualitative survey that seeks to understand the processes leading to the choices made rather than their statistical distribution.

The recruitment procedure

This survey, comprehensive in scope and involving very long interviews repeated at intervals, demanded a considerable and sustained commitment on the part of the interviewees and could be based only on genuine voluntary participation. There was a considerable risk of ‘losing’ them on the way. Qualitative research of this kind precludes replacing any participants who fall by the wayside with others between two waves of the survey and we preferred them to refuse straightaway rather than taking part in the first wave and then dropping out. For this reason, we were very careful to leave them considerable scope for manoeuvre to take part voluntarily.

With this in mind, we decided to make the first contact with them in a group, thereby avoiding face-to-face meetings and the pressures inherent in such encounters: confronted with an unknown adult, the young people may well have not dared to refuse to take part.

We decided, therefore, to go to the schools and training centres, with the agreement of teachers and trainers, who offered us an hour of their teaching time in order to give their students a presentation about our profession, the survey and its objectives, as well as the demands we would be making of them. We were careful to emphasise that they would be making a long-term commitment. We then distributed the forms on which they could write their contact details before sending them to us. They were thus under no obligation to reply publicly[2] and on the spur of the moment but were able to reflect on it and then return their forms.

We then contacted the volunteers by telephone and made appointments for the initial interviews, which were to take place preferably at the young people’s home[3] or, if not, then in our offices at the Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen, which is located on the university campus.

From recruitment to carrying out the interviews

The relatively modest size of the survey population we were looking for had led us to believe that it would be easy to find volunteers. In fact our recruitment procedure met with variable success, which it seems to us important to outline. After all, those who agreed or refused to participate can be divided up to some extent by gender and social/educational background.

The female ES students were two and a half times more likely than their male classmates to volunteer, and we had to visit the schools on several occasions in order to recruit boys from this group. There was more or less the same gender imbalance among the trainees. On the other hand, the sample we recruited from the vocational high schools was more evenly balanced. These differences reveal in particular the greater readiness of girls to volunteer, which is not very surprising, especially at that age. It is no secret that they are more mature and more at ease in the school environment than boys.

Overall, the final-year ES students, who had been already initiated to sociology in their course, understood the value of the project and showed a desire to ‘tell their own stories’. On the other hand, many of the trainees remained reticent and it was more difficult to get them genuinely involved. For this group, more than for the others, the sociologist asking for their cooperation was a strange and unfamiliar being indeed, and this strangeness could not be totally overcome at the brief first meeting, even though we adapted our language and provided concrete examples. We were then faced with the young people’s reactions of rejection or withdrawal. We also perhaps came up against the feeling of futility that research inspires in those who have experienced hard times and persistent unemployment. Thus a high proportion of the trainees who volunteered, again particularly the boys, failed to turn up for the first interview.

We were also confronted with the difficulty that so-called excluded populations experience in operating in different time frames and localities. These difficulties probably explain why so many appointments were missed, some of them several times, very specifically by the male trainees. We had great difficulty in tracking some of them down: they had dropped out of their courses, were living at temporary addresses (in hostels or with friends), had disappeared from home, gone missing, had their telephones cut off, and so on. Others never turned up for appointments that they themselves had chosen. When we eventually made contact with them again, they were evasive, made promises and then failed to turn up for the other appointments. We persisted but we simply lost contact with some of them, while others finally refused to cooperate at all, and then we did not insist any more. But finally, Few sociological surveys manage to fix and retain such disqualified populations…

 

Retaining the population

 

Thus it will have become clear that one of the main difficulties is to locate the interviewees every three years and to keep them motivated to remain involved in the survey. We put in place various procedures to stop them leaving the panel. Thus we made lists of friends’ addresses that could be used in an ‘emergency’ if they moved and we kept in regular touch by post in order to remind them of our existence (we sent them new year’s greetings, copies of a survey diary keeping them up to date with the project’s development and press articles and academic publications based on the survey). Despite all this, we did of course ‘lose’ some of the original sample.

Attrition: the ‘missing’ members of the survey population

Under the circumstances outlined above, it will come as no surprise that the majority of those who ‘went missing’ were from the original group of trainees, which was actually reduced in size from the outset. In the second wave, we ‘lost’ 13 young people, one boy from the ES group, one boy and three girls from the vocational baccalaureate groups and three girls and five boys from the trainee group. In wave 3, we lost another 9 people, three girls from the ES group, one girl from the vocational baccalaureate group and three girls and two boys from the trainee group. However, we did manage to ‘recover’ two girls, one from the vocational baccalaureate group and one trainee, who had refused to take part in wave 2 but who agreed to be interviewed again in wave 3 after we contacted them again despite their earlier refusal. In wave 4, we ‘lost’ another 8 young people, four boys from the ES group and four girls from the vocational baccalaureate group. We ‘recovered’ one girl from the ES group who had refused to take part in wave 3 but returned for the fourth wave. In wave 5 we had chosen to only interview people with children, or who had experienced important turning points in their lives since the previous wave. Finally in wave 6 we targeted more specifically the Facebook users, it was more difficult to contact everyone (the interval was longer) and we still suffered some refusals. Thus, in waves 5 and 6 decreases in the population is more our choice than real attrition.

The numbers are therefore 87 in wave 1, 74 in wave 2, 67 in wave 3, 60 in wave 4, 47 in wave 5 and 21 in wave 6.

Apart from our own restrictions for waves 5 and 6, we lost contact with these young people for a variety of reasons. One of the male trainees committed suicide. At least that is what we were told by neighbours; his family proved impossible to contact. Other trainees ran away from home or avoided responding to us, with the parents sometimes blocking our approaches until we gave up or met with an outright refusal. When we were able to speak to the young people, the reasons they put forward for their refusal to cooperate were usually connected with important turning points in their lives. Having changed worlds and adjusted their priorities accordingly, they were breaking commitments they had given in their ‘former lives’. This was the case, for example, with a young man who had joined the army, two girls who had had babies or even several individuals who said they were overwhelmed by a new job or a house move. In some cases, in the course of a particularly sharp downward trajectory (very marked downgrading of job relative to qualification, increasingly ‘nightmarish’ living circumstances, addiction to drugs or alcohol, prison, etc.), it was difficult for these young people to accept the ‘mirror’ we were holding out to them and to compare their current situation with their situation three years previously.

Clearly, these justifications are not sufficient to explain their withdrawal from the project: other young people managed to remain involved in the survey despite very demanding jobs, the arrival of one or even two children or moving to more or less distant locations. Since we are prepared to travel to meet them wherever they might be (even as far as Valencia, Oslo or Boston) and to interview them in the evening or at weekends, no impediment of this kind should be an obstacle, at least from our point of view.

Although we were of course disappointed to ‘lose’ some of our respondents, and while it is certainly problematic that most of those who dropped out are from the most disadvantaged segment of our survey population (which is already the product of a sociological reality), this is still a far from dishonourable result. In the light of other panel surveys and given the considerable time commitment we were demanding of these young people, the drop-out rate can be regarded as minimal.

 

What became of them?

Geographical mobility

Of the 74 young people we managed to contact for the second wave of the survey, 14 had moved out of the Calvados department where they had been living at the time of the first interview. Two of them had moved abroad, one to Boston and one to Norway. Ten of them were living in another region in France (Var, Hérault, Rhône-Alpes, Yonne, Paris and Paris region). Finally, two of them had moved the adjoining department of Upper Normandy.

The commonest reason for moving (7 cases) was to undertake a course of education or training; after all, it is not possible to prepare for certain competitive examinations or to undertake certain vocational courses in Caen. The second commonest reason was more private in nature: in 4 cases, love was the initial reason for moving, even though in some cases the young people in question did find jobs in their new locations. Moving for work reasons was only in third position, with 2 cases. One move, finally, was for family reasons, with one girl having preferred to go with her parents to the USA.

In wave 3, a third young person went to live abroad, in Spain. 14 people were living in other regions of France, 8 of them in Paris or the Paris region. Finally, 8 individuals had moved to other departments in Normandy and 42 had remained in Caen or in Calvados.

In wave 4, the young man who had been living in Spain was now in Italy, while the other 2 emigrants were still in Oslo and Boston respectively. Thirteen of our initial survey population were now living in other regions of France, including 7 in Paris or the Ile de France. Of the rest, five were living in other parts of Normandy, while 39 were still in Caen or Calvados.

In wave 5, the young traveller left Italy to Morocco, the others still remaining in Oslo and Boston. A seasonal worker lives in Switzerland at the time of the survey. 8 people live in Paris, 2 near Lyon, 2 in Rennes, one near Agen, another in Marseille.

In wave 6, to those who still live in Marrakech, Oslo and Boston is added a departure for La Reunion Island. There are only 4 people left in Paris, 2 in Savoie, 1 in Lyon, 1 in Rennes, 1 in the Loire region… at least on our smaller numbers. But we nevertheless note a significant number of returns in… their Normandy.

 

Main activities during the survey

The main trends are hardly surprising. Most of the girls and boys who completed the ES baccalaureate went on to higher education, while most of those who took the vocational baccalaureate have been in employment from wave 2 of the survey onwards. Most of the economically inactive members of the survey population are girls who were initially in the trainee group and are now at home caring for children.

In wave 2, 17 young people were in higher education, 7 boys and 9 girls from the ES baccalaureate group and one girl from the vocational baccalaureate group. Thirty-four were working, 18 from the vocational baccalaureate group, 7 trainees and 9 from the ES baccalaureate group.

In wave 3, about half of the ES group were in employment: 16 out of 30 were working, while the others were still in higher education (9, including 1 on a sandwich course), looking for jobs (3) or economically inactive (2 girls). All those who completed the vocational baccalaureate were working, 23 in full-time jobs and 1 who was employed in a number of casual jobs. The situation among the former trainees was more varied: of the 13 still involved by the third wave, 5 were in regular employment, 1 was doing casual jobs, 3 were looking for work and 4 were economically inactive.

By wave 4, 9 young people were still in higher education (4 of them from ES baccalaureate group, 2 from the vocational baccalaureate group and one trainee). Some of this group had been dawdling, others were doing a doctorate and yet others had changed direction and gone back into education after having worked for a few years. Most of the survey population are now in employment, 41 in total. Five are seeking work (2 from the ES group, 1 from the vocational baccalaureate group and 2 trainees) and 5 have declared themselves to be economically inactive (1 from the ES group, 1 from the vocational baccalaureate group and 3 trainees).

In waves 5 and 6, employment has become very dominant among those we are still interviewing, but unemployment and training remain.

They have become metalworkers, business lawyer, housekeepers, school teachers, housewives, dentist, truck driver, specialized educators, painter, life support workers, locksmith, electricians, entrepreneurs in cybercafé or import-export, booksellers, law history teacher, waiters, intermittent musician, train controller, financial advisors, biology researcher, inventory managers, insurers, accountants, geographer, security guards, vendors, electromechanical workers, french teacher, secretaries, education advisors, cashiers, sales executives, packaging agent, administrative staff, department manager, management controller, cook, medical-psychiatric assistant, decoration trader, human resources manager… but one Large part of them has bifurcated and exercised several trades.

 

Love and family

As early as the first wave, 41 of the young people were in romantic relationships (including one homosexual couple), and two had a child, including one single mother.

By wave 2, 46 were in romantic relationships (of whom only 20 couples had survived from the first wave) and 12 had at least one child.

By wave 3, 14 of them had children (including one young woman living alone with her child), 49 were in relationships, 19 were living with a partner without children, 11 were living alone, 12 were still living with their parents and 12 were in other situations (living in shared apartments, hostels etc.).

By the fourth wave, 49 of the remaining 60 young people had a partner, including two homosexual couples. Twenty-two had at least one child and 5 were caring for their partners’ children. Of the 11 people not in romantic relationships in wave 4, 7 had never had a partner throughout the 4 waves of the survey.

In wave 5 (but this is partly a selection effect), couples with children become dominant, and this remains even more clearly in wave 6. But solo life is also present, and the share of single parents with children increases a little.

But let’s get back to the precise designing of the survey …

Survey methodology

The mode of questioning and conduct of the interviews

The originality of this approach and the focus on the actors’ representations, on the principles guiding their choices and on their own assessment of their relations and investments obliged us to rely solely on semi-structured interviews for the first wave of the survey. These interviews lasted 5 to 6 hours on average, with a minimum of 3 hours and maximum of 11 hours, requiring between 1 and 4 sessions distributed over several days.

After this first wave of interviews, we improved and stabilised the questions and also clarified certain response items.

For the second wave of the survey, therefore, we were able to organise our investigation in two complementary parts. The first part takes the form of a standardised questionnaire that is easy to code, thus providing us with more a systematic data collection tool that could be processed by computer. This questionnaire deals essentially with the path taken by the young person since the previous wave of the survey and the construction of his or her personal network. After all, we started with a sample of 87 individuals, and their cumulative relationships number is in the thousands (10804 exactly), so it is important to be able to process them by computer. We fill out this questionnaire with the young person. The second part of the investigation comprises a recorded semi-structured interview, conduct of which is facilitated by the fact that no factual data needs to be gathered. There is greater freedom in this part to discuss the changes that have taken place over the previous three years. This procedure was repeated till the sixth wave of the survey.

Apart from this difference in form, most of the questions were, of course, similar in all waves, in order to make them comparable. From wave 2 onwards, we added to the recorded part of the interview questions that asked the young people to evaluate and assess the changes that had taken place in their lives in the three years separating each wave of the survey. For the rest, the principle underlying the questioning remained constant, even though some questions were not included until the second or third waves, when they had become more relevant. After all, questions on changes of job, separation or divorce, childcare etc. were of little relevance at the time of the first wave of the survey. Wave 5 has been reduced, with less investigation on personal network and greater focus on life events and changes, and on children education.

 

The « questionnaire » part

Life contexts

As we have seen, our investigation of personal networks is based on a ‘strong’ hypothesis linking them to socialisation processes. Consequently, the construction of the lists of relations and of the networks must match this particularity and give the most faithful picture possible of these young people’s social circles and movements. To that end, those questions that aim to produce lists of people with whom our young people are in contact, the so-called ‘name generator’ questions, have to cover a very broad range of social spheres and circle likely to harbour potential relationships. The idea here is to get as close as possible to listing all the people they are in contact with in all spheres of their lives and social activities. We thus put in place a series of ‘contextual’ name generators that aimed to stimulate the young people’s memories, to evoke the full diversity of activities and spaces the interviewees had been involved in and to rake over, as it were, all possible contexts.

In the first part of the interview, therefore, each young person is encouraged to talk about all the periods of their lives and all the places in which they have spent time. These contexts may be institutional environments, such as schools or families, They may also have a more informal dimension and include neighbours, friends, leisure activities etc. We also take into account contexts that have now disappeared, such as schools and districts where they used to live, all of which may, nevertheless, have generated ties that are still active today (childhood friends, for example).

Thus we systematically tackle the following contexts: education, leisure activities while in education, old school friends and acquaintances, work (including part-time jobs), links maintained with former colleagues, training courses, leisure, sporting and cultural activities, membership of organisations (clubs, trade unions, political parties, groups of various kinds), old involvements now abandoned, activities associated with practice of a religion, holidays, travels, groups of friends, groups of former friends, places of residence, parents’ friends, other old acquaintances, military service, other places of association, romantic attachments and relationships arising as a result, previous romantic attachments and, of course, family. General questions are asked that enable us to locate the young person in these contexts and to assess the level of investment he or she has made in them.

Constructing the social relationship network

In each of these contexts, the questions asked (the so-called ‘name generators’) reveal the existence of the interpersonal links associated with each one. They are of the following type : ‘In (such and such a context), are there any people whom you know a little better, with whom you talk a little more often ?’.

Thus the social relationship networks are constructed by systematically recording the first names of the people mentioned by ego[4], context by context. For each person mentioned, we subsequently collect some basic sociographic data (sex, age, marital status, educational qualifications, occupation, place of residence etc.). Some of these relationships, the ‘strong ties’ (cf. below), are subsequently documented in greater detail (shared activities, length of relationship, sharing of confidences, forces motivating the tie, etc.). This enables us to go beyond individual characteristics in order to discover the ‘content’ or substance of the relationships. This helps us to compare, for example, the substance of the relationships that last with that of the relationships that fade away.

Finally, from wave 3 onwards, a series of questions has been asked with the aim of identifying the persons within the network with whom certain means of communication are used, namely landline phone, mobile phone, e-mail and regular mail.

Thus the network is constructed through a long series of name generators applied to all the contexts investigated. In this way, a total of almost 50 questions likely to generate names is reached in this survey. Of course not all of them are productive, but the important thing here, as we have said, is to facilitate the best possible reconstitution of all the social worlds that have provided these young people with relationships that remain active today. From the point of view of a study of socialisation, it is important for us not to guide the questioning towards or limit it to a single type of social tie, whether it be the closest ones or the most frequent contacts or those most likely to help the young people, since this would give us a much too ‘targeted’ picture of their circle.

 

Contacts and strong ties

For each of the first names cited, we introduce a filter question procedure that enables us to separate strong ties from mere contacts or acquaintances. We start from the hypothesis that multiplex relationships[5] that cut across several different places, activities and worlds are, by virtue of that fact, less dependent on the initial context, less specialised, more flexible and more likely to impinge on individuals’ personal lives. They are also, undoubtedly, the most lasting relationships. We equipped ourselves with the means to test this hypothesis by introducing, for the second wave of the survey, a second filter question concerning the subjective importance of this tie.

These questions, which in this example concern the work context, are arranged as follows:

In your present job, have you met people whom you know a little better and with whom you speak a little more ?

(the first names are noted on the list)

Do you see any of them outside of work?

Are any of them important to you, whether you see them elsewhere or not?

The first names that are mentioned again in response to each of these questions are noted. Those that are mentioned in response to one or other of these questions will be classed ‘strong ties’ and will be the subject of a more extensive sheet of questions on the content of the relationships. The others will be accounted for on the sociographic data sheet mentioned above.

The young people no longer have any contact with certain ‘old’ contexts, such as their primary schools, for example. The fact that this context is no longer active (the young people no longer attend primary school) but interpersonal ties with old friends are still maintained takes the place of multiplexity for us, and the relationship is straightaway classified as a strong tie. Nevertheless, we still ask whether the person in question is important for ego.

Social circles

Another important aspect of this research is its focus on social groups or circles as another form of living in society. After all, one particularity of the way young people live in society is that they tend to form groups. Moreover, one of the hypotheses underlying our research is the connection between the construction of personal networks and the access thus obtained to new social worlds. It was important, therefore, to investigate the social circles opened up by each personal tie in order to observe integration processes, considered here in particular as ways of moving and putting down roots in the social world.

As soon as activities involving more than two people are identified, we introduce a series of questions on the extent, nature, functioning and common motivation of the group. In this way, we have been able to observe a link between the type of common motivating force that ‘unites’ the individuals in these circles and the extent to which these circles remain stable over time. We are also able to consider membership or non-membership of a circle as a characteristic of the relationship, which may be embedded within a group or, conversely, autonomized, decoupled from the group and functioning as a two-way relationship between ego and alter.

The structure of the network

Subsequent questions are intended to take us beyond the sum of relationships and groups in order to outline the overall structure of the network. In particular, this structure tells us whether the network is concentrated in one sphere or dispersed across the social world. As we have already said, this differentiation is of fundamental importance for social integration: some networks that are confined to a particular area, period in time or occupational or cultural sphere offer a firm but limited point of reference; others, dispersed among unconnected and contrasting groups, offer more alternatives for moving within society.

Moreover, the overall distribution of the network among different spheres and the relative weighting of the personal ties can be seen as an indicator of the distribution of the spheres in which individuals have invested: if one third of the networks falls within the scope of the occupational sphere, one third within the scope of ties maintained with school or university friends and one third within the scope of the family, then the configuration is different from a model in which three quarters of the network are family members and one quarter neighbours. This indicator, taken in conjunction with individuals’ statements about their choices and priorities, gives us an indication of the structure of their investments.

Whether or not ego’s relationships are part of the same world and strongly linked to each other indicates whether the network is open or closed. In order to measure the network’s density, we write in a circle the first names of the strong ties that the interviewee has just mentioned and ask him or her to plot the interrelationships between them[6]. We then analyse the characteristics of these people and of the ties that join them.

In addition, at the end of this first part of the interview, we make a drawing of the network on which all the personal ties and groups are joined together by circles and arrows; this drawing is produced with the interviewee, who comments on it.

 

            Once this questionnaire is finished, the first interview is ended. The investigator goes home and prepares the second part, which is schedule some days after.

 

The ‘interview’ part 

 

The preparation for the interview, between the two meetings, involves identifying changes in the young person’s situation and pinpointing the changes that have taken place in his or her network. The aim here is to do the groundwork for comparing the previous wave of the survey with the present one. It is this comparison that will form the basis of part of the interview. In particular, the investigator will be noting the first names of those individuals mentioned in the previous wave but not in the present one and will also compare the lists of people described straightaway as important. In addition, the investigator selects a number of particularly interesting relationships on which more detailed information is to be sought. These changes are noted on preparation sheets and will be discussed in the recorded interview that is to follow. This interview will be transcribed in its entirety.

 

 

 

Biographical and relational processes

As readers will have realised, each of these parts, whether it be the biographical stages or changes in the personal network, takes on a particular interest when compared with the answers given during each wave of the survey. Thus interviewees will be asked why they changed jobs, moved to another town or changed partners, what the ‘high points’ of the past three years were, why they no longer cite their father as one of the important people in their lives or how they mixed their work colleagues and their friends from the basketball team, and so on.

As far as their trajectories since the previous wave are concerned, interviewees’ accounts of their experiences with education or training, employment, leisure activities, romantic involvements and their relations with friends and family reveal the principles animating their choices, some of the forces driving their behaviour, such as their relationship to work, and the life course processes. We can then identify the developments that have taken shape over time on these logics and driving forces.

Examination of the changes that have taken place in networks and of new relationships, as well as of those that have been maintained or abandoned, provides us with information not only on the processes of change that are at work but also on changes in the ways of establishing relationships, on the processes involved in abandoning them and on changes in the ways of living in society in general at these ages. Changes in a number of relationships that are either important or occupy a particular place in the network are discussed during the interviews. It would, after all, take far too much time to deal with them all, and for each wave we selected a few that we considered to be particularly significant. All the relationships that have been abandoned in the previous three years are also mentioned (on the basis of the information gathered during the previous waves) and we ask them why, in their view, they are no longer in contact with the persons in question.

Changes in social circles, whether they relate to density or to the overall shape of personal networks, provide information not only on changes in relational systems and the ‘little worlds’ to which they give access but also on changes in investment priorities. They also reveal the role of time and of biographical events on the size and composition of networks.

The relationship that is constructed between these two orders of factors tells us a great deal about the development of the control that young people have over their own lives. In a complex system of constraints, how do they assess their room for manoeuvre and how do they attribute to themselves a role as actors? Who might influence their decisions, that is become involved in their trajectories to the point where they can change the direction they take? Such questions help us to respond to our starting hypothesis concerning the interactions between social networks and socialisation.

We are primarily interested in more specific themes, and certain parts of this large volume of material have been given priority over the others.

 

Attitudes to work and modes of access to employment

Over and above individual accounts of school careers, periods of training, first casual jobs and, possibly, entry into the labour market proper, a number of more forward-looking questions seek to explore the way in which the young people in our sample construct their own ‘worlds of possibilities’ regarding access to employment. Various types of trajectories emerge, based on different notions of what work is, in and of itself. Experiences come one after the other, motivations change and plans evolve. From the third wave of the survey onwards, it is possible to discern the development of ‘ways of moving towards’ work. The relationship to work itself evolves, as do its various components; more particularly, we have examined changes in assessments of job stability and mobility.

In addition, there are questions concerning the relationship between these potentialities and the resources available within personal networks:

« Let us imagine: you’re leaving today, your education/training is finished. You have to start looking for your first job. What do you do? How do you go about it? Do you think that someone might be able to help you find a job in this sector? Who? Why? »

The same question was then asked with regard to casual jobs as opposed to ‘proper jobs’. The differences in the ways the young people approach the two different types of jobs shed light on the various facets of the relationship to work and of the constitution and assessment of occupational ‘worlds’, as well as of the relational resources that are available in this regard. Various types of procedures are revealed in this way: use of job search institutions, direct approaches to firms, targeted applications in the immediate environment (local shopkeeper), mobilisation of networks of close relatives, long-standing or more recent friends and of people with various forms of expertise concerning the job in question. The potential for using relational resources and the modes of access to employment vary over time. The fact that a young person might have called on his or her father to help find a job in wave 1, then on the local task force for employment and training or on a former employer in wave 2 and then on a professional journal in wave 3 reveals something of the development of notions about the world of work, ‘objective’ changes in potential resources and the learning processes that young person has been through.

We can then ponder on the fact that such and such a category of young people makes use of such and such a procedure and on the evolution of this type of approach to the world of work as they grow older and really begin to get to grips with it

Life as a couple

These young people’s emotional lives and couple formation have been the object of the same investigations as the rest of their networks in terms of the characteristics of their partners and relationships. Specific questions have been added on the history of these couples, their attitude towards the commitments life as a couple engenders, their future and their relationships with their families and the effects of couple formation on social networks. We take into account both long-term relationships and shorter ‘flings’ regarded as temporary. Some questions concern the changes brought about by these relationships, changes in personal situation, in attitudes, in career plans and in relations with family and friends. Here too, it is important for us to identify as many as possible of the ‘bridges’ between the various spheres of individuals’ lives.

Other questions concern married life for those who live together and, of course, from wave 2 onwards, the birth of children and the changes this brings about in their lives, their work, their activities and their lives in society. Types of childcare, the division of labour and the effects of the arrival of children on relationships with both partners’ families are also mentioned. Changes in couples’ relationships and in family ties reflect maturation processes but are also responses to external events. Crisis, separation and divorce are also questioned.

 

Relations with family

During the first wave of the survey, we compiled a systematic list of each young person’s extended family, including grandparents, uncles, aunts and cousins, as well as of their reconstituted family where appropriate. We collected sociographic data on all these people, even if the young person had no contact with them or no longer had contact with them. It is in this respect that the treatment of the family differs from that of the rest of the network: while the procedure for constructing the network includes the family in order to identify existing relationships, for the family itself even non-active relationships are included in this initial list. Moreover, more detailed questions are asked during each wave of the survey about relations with people in the parental household and with family members who appeared to be important at various points in the interview. In addition, we have tried to capture the functioning of family groups with a specific set of questions on family cohesion, tensions, conflicts and organisation, particularly during ritual meetings, such as at Christmas or various family events. We have been able to observe changes in relationships with parents, as respondents were entering adulthood.

 

Relational dynamics and social trajectories of ICT use

From the third wave of the survey onwards, we added a specific module relating to uses of information and communications technologies and the changes therein. We repeated this module in wave 4, which allowed us to measure the changes that had taken place in these uses. Bertrand Fribourg did a PhD in sociology on this subject as part of a CIFRE agreement with France Télécom R&D. The aim of this thesis is to gain an understanding of the links between young people’s biographical trajectories, the dynamics of their networks and lives in society and the social trajectories of communication technology use underlying those networks.

These trajectories of ITC use are linked to the actors’ sociodemographic characteristics (sex, social background, educational qualifications) as well as to their position in the life cycle and their life course. Thus the processes of career building, settling down to life as a couple and starting a family have a considerable influence on technology use.

Focusing attention on the evolution of relational networks, we also test the hypothesis that there is a transition from networks dominated by ‘clannishness’ or ‘cliquishness’ to elective networks, in which relations are more individualised. The idea here is to gather information on the place of communications technology and data transfer formats in the process of network change. In doing so, we are seeking to ascertain the influence of social relations on these developments.

Finally, we refocus attention on the ‘workings of social relations’, at the micro-sociological level of the dynamic of a relation or clique (sub-network). The aim here is to deconstruct in greater detail the changes at work in affinities and to show how a relational system is reconfigured in accordance with changes in the ‘right distance’ to be maintained in order to get on together. We are also seeking to gain a greater insight into the use of ICTs as a medium for the construction of the ‘right time frame’ for contact.

 

The relationship to time and diaries of events

By organising their lives in a particular way and making their relational choices and other commitments, young people are constructing their priorities in a more or less distinct way. They are, as it were, ordering their activities and engagements in accordance with these various levels of urgency, most of the time implicitly. In the interviews, we try to encourage them to make these priorities clear. This information is supplemented by their more general ideas about the organisation of their plans and of their future prospects. For example, is it essential for them to find a job before leaving the parental home to set up home with a partner, or is the converse true? One can look for sociographic variables likely to reveal differences in this question of the organisation of timetables.

In addition, from the second wave of the survey onwards, we have constructed with the young interviewees a more ‘objectifying’ and systematic diary, month by month, of all the biographical changes and various events that had taken place in each three-year interval between two survey waves. This tool enables us to go back over all the changes and to plot all the connections between them, as well as dating them precisely, which is not always easy if they are isolated from each other. Incidentally, this re-examination of events in the course of the actual interviews can help the interviewees themselves to get their bearing: they remember more clearly the date on which they did a training course if we help them to locate it relative to the date they moved house or their grandfather died. This precise timetable can then be set alongside their more general life choices and may give rise to discussions in the timing of their choices and the overall tendencies underlying the phases they are going through. We are trying to work on these questions of timing and to put forward some conceptualisations of the notion of biographical process.

 

 

 

 

Bifurcations in the trajectories: high points, crossroads and decision taking

Sociologists have not yet succeeded in shedding much light on the precise times at which divisions occur, trajectories change direction and decisions are taken. Trajectories are analysed, but the trade-offs of which they are the result are neglected. What possibilities existed at the time the choice was made? What alternatives presented themselves? What paths were abandoned in favour of the direction that was finally taken? How are the decision-making processes constructed? A series of question enables us to examine these ‘high points’ and ‘key moments’ very closely, including from the point of view of the part played by network members in shaping the choices actually made.

The accounts produced in response to our questioning enable us to plot the unfolding over time of events whose sequence makes sense, whereas more general surveys cannot achieve this level of precision and thus do not always perceive very accurately the sequences of causalities. After all, in diaries describing several years in an individual’s life, it is impossible to separate out events that in some cases took place just several days apart, whereas this diachrony can prove to be crucial in the decision-making process.

By shedding light on these aspects, we are attempting to gain greater insight into the construction of the processes and on the sequencing of the decisions leading to turning points in personal trajectories.

 

Becoming an adult?

We have also asked ourselves what the term ‘adult’ might mean for these young people and whether they recognise it as applying to themselves. By putting the question to them directly, we have been able to shed some light on their ideas on the subject. These ideas reveal the strength of class divisions within society: young people are not a homogeneous group, and the notion of the ‘individualisation of trajectories’ comes up against its limits in the very pronounced differences between the arguments advanced depending on the young person’s social background. Putting the question again after an interval of three years enables us to ascertain whether or not biographical events are likely to interact with these representations of oneself as an adult. Similarly, the ‘ways of advancing’ towards the world of work reveal the changes and discontinuities in the young people’s lives; here too, the longitudinal aspect of this survey enables us to investigate the links between biographical trajectories and social representations, between experiences and ideas.

 

Thus in accordance with our starting hypotheses, the material gathered in this way provides us with an enormous range of information about and different ways of looking at the processes of socialisation and social integration at the time of entry into adult life. Of course there is no question of processing these data in a single block or of dealing with all our disparate findings in a single analytical exercise. The task must be approached gradually and is very much a work in progress, with much still to be done. The list of publications gives a provisional state.

 

For an update of the data, publications, results, you can consult our research website: http://panelcaen.hypotheses.org/

 

[1] These organisations were : the CEMEA (Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active), the Greta (Groupement d’établissements de Caen/Bayeux), Hérouville jeunes, l’IRFA (Institut régional de formation continue Normandie-Maine), Visa Formation and Vis à Vis Formation.

[2] The perverse effects of taking a stand in a group are well known, particularly at that age: young people are either persuaded by their mates to take part in a fit of enthusiasm, even if it means having to extricate themselves at some later stage, or are afraid of being regarded as ‘crawlers’ if they sign up for a project managed by people close to authority and introduced by their teachers.

[3] For some participants, this option posed certain problems: flat too small, no room in which we could be alone for several hours (a point on which we insisted, being very aware of how inhibiting the presence of a third party can be during in-depth interviews). Some of the young people even gave us to understand, either implicitly or explicity, that they were ashamed to let us see their family home.

[4] Ego is the respondent; alter denotes the relationships cited by ego.

[5] The term ‘multiplex’ is used to denote a relationship that is active in more than one context, for example when two people see each other at work and also engage in a leisure activity together.

[6] It is certainly possible to include contacts in this mapping of density, but in the case of extensive networks the drawing quickly becomes illegible and the construction of a matrix takes longer and is more difficult to do as part of the interview.