Projet

L’histoire de l’enquête

Son objectif : analyser sur le long terme les parcours de vie et la dynamique des réseaux Comment évoluent les réseaux relationnels au long des transitions vers la vie adulte ? Telle est la question centrale d’une enquête originale qui a suivi un panel de jeunes depuis maintenant 20 ans, en les réinterrogeant régulièrement.

Les analyses de réseaux, en 1995, commençaient à peine à se développer en France. Elles connaissent aujourd’hui un essor considérable dans diverses disciplines des sciences sociales (sociologie, économie, histoire, géographie, science politique, sciences de l’éducation, sciences de gestion…) et des sciences mathématiques, physiques, informatiques. Mais bien peu de recherches ont développé cette dimension à la fois compréhensive et longitudinale.

La fabrication de l’enquête :

En bref :

Cette enquête qualitative a débuté en 1995 auprès d’un panel de jeunes vivant alors dans l’agglomération de Caen. Ces jeunes ont été rencontrés juste au seuil d’une étape importante, à savoir le baccalauréat (bac ES ou bac pro) ou la fin d’un stage d’insertion. Nous les avons rencontrés dans différents lycées ou stages d’insertion de Caen.

5 vagues d’enquête ont été réalisées, à intervalle de 3 ans :

En 1995, 87 jeunes ont été interrogés une première fois. Ils avaient alors entre 17 et 23 ans.

En 1998, 74 d’entre eux ont été réinterrogés, puis 67 en 2001, 60 en 2004. En 2007, une vague d’enquête plus réduite a été réalisée, dont une partie au téléphone, auprès de 47 de ces jeunes. A chaque fois, ils ont été interviewés là où ils vivent. Certains sont partis dans d’autres régions, ou à Paris, ou même à l’étranger (USA, Norvège, Espagne, Italie, Maroc).

La procédure d’enquête combine plusieurs méthodes complémentaires :

– des questionnaires retraçant leurs trajectoires, mois par mois, sur des calendriers : quelles études ils font, quels emplois ils occupent, dans quelle situation ils sont, avec qui ils vivent, où, et quels événements sont intervenus.

– des questions visant à construire leurs réseaux relationnels : pour chaque contexte de leur vie (études, travail, loisirs, associations, quartier, bandes de copains, famille, usages d’Internet…), on recueille les prénoms des personnes qu’ils fréquentent, ainsi que des personnes qui sont importantes pour eux. On recueille des informations sur ces personnes et sur la relation qu’elles ont avec le jeune interrogé (fréquence des rencontres, activités, intensité du lien, qualité affective, modes de communication, etc). Cet ensemble constitue leur réseau personnel.

– des entretiens très longs (6 à 10 heures en plusieurs rendez-vous) au cours desquels ils racontent l’ensemble de leur parcours de vie sur chaque intervalle de 3 ans, avec les événements, les bifurcations, les choix. Ils racontent aussi l’histoire de leurs relations, et l’évolution des modes de communication.

L’idée est d’examiner le lien entre leur parcours et leur réseau : la vie influence la constitution, le maintien mais aussi la perte des relations, et inversement les relations influencent la vie, contribuent à orienter les choix importants.

Les résultats :

Les résultats accumulés constituent une mine dont l’exploitation est loin d’être achevée, tant sur la dynamique des réseaux que sur l’analyse des séquences, les histoires familiales, le rapport au travail ou encore les formes de la socialisation. Cette mine de données tout à fait originale a vocation à être encore partagée et diffusée.

Les réseaux personnels : l’entourage comme système de ressources

Les réseaux des jeunes du panel de Caen sont très contrastés. Le plus petit compte 6 personnes, le plus grand 132. Le plus localisé ne dépasse pas 2 km de distance en moyenne, le plus étendu 1342 km. Mais la dynamique de ces réseaux dans le temps (extension, dispersion, regroupement, densification, dissociation…), mise en relation avec les événements de la vie, est sans doute la dimension la plus originale et la plus marquante de cette enquête. On perçoit bien comment les relations et les réseaux évoluent au cours de la vie, mais aussi comment ils peuvent en marquer le cours en constituant un « système d’influence » plus ou moins cohérent. L’évolution des relations familiales est aussi une question abordée, car elle se montre cruciale dans ce moment de la transmission intergénérationnelle.

Les parcours biographiques : séquences, processus, trajectoires typiques

Une fois codés systématiquement et analysés par des méthodes d’étude des séquences, les calendriers de vie peuvent être stylisés et comparés. Des classifications montrent des trajectoires typiques, visualisées par des « chronogrammes » et des « tapis » en couleurs. Filles et garçons, étudiants ou travailleurs n’ordonnent pas de la même façon leurs séquences de vie. Les différences les plus importantes sont très visibles sur ces typologies de parcours. Nous aborderons aussi la question de ce qu’apporte à l’analyse sociologique la dimension temporelle : on voit émerger et se construire les faits sociaux, plutôt qu’en observer une « photo » souvent réductrice.

Une localité de départ : Caen. Où sont-ils maintenant ?

Boston, Oslo, Feno en Italie, mais aussi Paris, Marseille, la Creuse… Pourquoi sont-ils partis, pourquoi là-bas, et quels rapports entretiennent-ils maintenant avec la Normandie ? Comment se distribuent leurs réseaux personnels dans l’espace, au cours de ces mobilités ? Où gardent-ils et se font ils des amis ? Transposés sur des cartes géographiques, leurs trajectoires et leurs réseaux donnent à voir les évolutions de leurs « surfaces sociales ». Comment ces liens « lointains » sont-ils maintenus, et quels sont les effets des usages des NTIC sur leur persistance, leur transformation ?

L’étude des bifurcations biographiques : comment se dessine la réorientation

Les parcours de vie sont de moins en moins linéaires. Les situations professionnelle, résidentielle, conjugale, familiale, s’entrechoquent, se croisent, interagissent. Certains jeunes ont brutalement changé de métier, de région, de vie. Comment se construisent ces moments-clés des bifurcations biographiques ? Comment, dans quelles contraintes, avec quelles personnes importantes et autour de quels événements se prennent les décisions importantes qui réorientent le parcours de vie ?

La même enquête reproduite au Québec et en Argentine : quelles différences ?

Comment des sociétés différentes « construisent » les parcours des jeunes vers la vie adulte ? Comment les normes institutionnelles et culturelles interviennent sur leurs choix ? La comparaison de la France avec le Québec et l’Argentine fait ressortir des différences frappantes en matière de régulation des transitions vers la vie adulte, en particulier  des transitions des études au monde du travail. Le « rapport au changement » est lui-même différent dans ces trois pays. Là aussi, l’analyse des séquences de vie montre ces contrastes de façon frappante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *